Elevage

Le concours de Gueugnon fête vingt ans d’émulation !

Le concours de Gueugnon a vingt ans cette année. Né de la volonté des éleveurs de l’ouest charolais, ce jeune rendez-vous n’a cessé de cultiver l’ouverture et l’innovation, révélant de nouveaux talents, insufflant des idées nouvelles dans le département.

Les 19 et 20 octobre prochain, tous les membres fondateurs et actuels du comité d’organisation du concours de Gueugnon vous invitent pour fêter le vingtième anniversaire.

Le concours de reproducteurs charolais de Gueugnon fête ses vingt ans cette année. C’est en effet en 1998 que fut organisé la toute première édition. Tout a commencé en 1997 lors d’une foire économique organisée sous le hall des expositions de Gueugnon où une vingtaine de bêtes avaient été réunies par le comité agricole local. Un groupe d’éleveurs s’est alors mis en tête de créer un véritable concours. « Il existait alors 30 concours reconnus au Herd Book en France. La Saône-et-Loire représentait le quart de la race. Nous trouvions donc logique d’avoir un troisième concours reconnu dans le département », se souvient Jean-Guy Vannier, l’un des fondateurs et premier président du comité de concours agricole Val-d’Arroux Gueugnon.

Unis par la volonté de créer un rendez-vous pour les nombreux élevages de l’ouest charolais, les intéressés se sont mis à sonder leurs collègues de Saône-et-Loire, de l’Allier et de la Nièvre limitrophes. Au printemps 98, le CCAVAG était créé et le premier concours de Gueugnon organisé dans la foulée réunissait d’emblée près de 300 bovins inscrits ! Une prouesse permise par la détermination des organisateurs qui visaient d’ores et déjà la reconnaissance par le Herd Book. Consécration obtenue immédiatement tant la mobilisation des éleveurs du Val-d’Arroux-Gueugnon avait impressionné.

Mobilisation d’un territoire

Comme le souligne Jean-Guy Vannier, cette réussite fut surtout « le fruit d’une équipe et du fait que tout le monde s’est mis à tirer dans le même sens ». Autour du président et de ses co-équipiers (Gérard Frizot, vice-président ; Henri Cognard, secrétaire ; Bernard Pilorge, trésorier ; Didier Pierre, secrétaire adjoint ; Jean-Louis Gaudet, trésorier-adjoint…), tout le monde s’est investi pour le concours de Gueugnon : les comités locaux de concours de Gueugnon et Toulon ; la toute jeune Confrérie des Saveurs du Pays Charolais ; le CCJA, le CFA de Gueugnon... L’initiative a aussi bénéficié du soutien précieux de Roger Laurisson, alors président du HBC. Autre coup de pouce déterminant, le maire de l’époque Roland Cottin qui a immédiatement mis à contribution les services municipaux et s’est toujours montré très favorable à la naissance d’un concours charolais dans sa ville.

Révélateur de talents

A l’époque, la naissance de ce troisième concours en Saône-et-Loire n’a pas eu que des soutiens, se souviennent les intéressés. Comme tout ce qui touche à la sélection charolaise, il y a eu quelques remous ! « Mais ce nouveau rendez-vous a pourtant permis de faire venir des éleveurs méconnus qui n’allaient jamais aux autres concours », souligne Bernard Pilorge. Certains se sont même révélés à Gueugnon et ont par la suite réalisé de remarquables carrières. A l’instar de Bernard Andriot qui après avoir fait ses premiers pas en concours à Gueugnon, a fini sur le podium des champions de Paris avec Diligence en 2011 et 2012. Idem pour Serge Vincent qui après avoir débuté à Gueugnon a fini par obtenir les titres de Championne et de Rappel à Paris avec Déesse.

Animaux de boucherie aussi

« L’apparition d’un troisième concours en Saône-et-Loire a généré de l’émulation », constatent les anciens du CCAVAG. Au bout de trois ans seulement, le concours de Gueugnon parvenait à réunir 420 animaux, le plaçant durablement en troisième position par la taille parmi les 27 concours reconnus. En 2005, les organisateurs ajoutaient un chapiteau pour présenter pour la première fois des bovins de boucherie. Visionnaires, les membres du CCAVAG voulaient ainsi s’ouvrir davantage aux producteurs de viande et présenter le produit final de l’élevage. Pendant vingt ans, les organisateurs du concours de Gueugnon n’ont cessé d’innover. Très attachée au renouvellement des générations, l’équipe a su rester jeune et le CCAVAG n’a jamais eu peur d’expérimenter de nouvelles idées. Ainsi, dès le début des années 2000, étaient-ils les premiers à organiser un défilé de mode dans le cadre d’un concours de bovins ! Une année, ce fut une vente aux enchères de reproducteurs. Désireux de s’ouvrir au grand public, ils ont initié un concours de dessins avec les écoles et ont mis sur pied des visites commentées.

Internet, Génomique, sans corne…

« Depuis quelques années, le concours a fait le choix de se professionnaliser », explique l’actuel président Didier Pierre. Des moutons charollais ont rejoint les bovins et la quinzaine de stands de partenaires de l’élevage. En vingt ans, beaucoup de choses ont changé dans le domaine de la génétique et des reproducteurs. De nouveaux moyens de commercialisation ont vu le jour (portes ouvertes, Internet…). C’est à Gueugnon, sous l’impulsion de son président Jean-Charles Pallot, qu’a germé l’idée de lancer un site collectif unissant toutes les manifestations saône-et-loiriennes (les trois concours reconnus, la vente aux enchères, les concours de bovins de boucherie). Ce site s’appelle Charolais 71. Il permet aux participants d’engager leurs animaux en ligne. Une première qui a même inspiré le HBC.

Depuis 2015, le concours de Gueugnon est le théâtre d’un challenge Génomorpho. Un classement qui prend en compte les nouveaux outils de sélection génomiques. Un challenge d’animaux sans corne complète également la manifestation. Une évolution sur laquelle le concours de Gueugnon a été le premier à se positionner, toujours attentif aux tendances et attentes des éleveurs.

Pour son vingtième anniversaire, le concours de Gueugnon s’apprête à accueillir près de 300 animaux dont une trentaine de bovins de boucherie, 200 veaux mâles et 35 adultes et laitonnes. Un bel effectif au regard de la sécheresse et des difficultés auxquelles sont confrontés les éleveurs, souligne Didier Pierre. Fidèle à ses racines, pour ses vingt ans, le concours de Gueugnon fêtera avant tout, dans la convivialité, le fruit d’une mobilisation collective. Les organisateurs tiennent surtout à remercier tous les éleveurs qui ont soutenu les concours de Gueugnon. Un film projeté en boucle retracera en image les souvenirs de cette double décennie.

Programme

Le concours de Gueugnon débutera le vendredi 19 octobre matin par le jugement des adultes. A partir de 10h30, suivra le jugement des veaux mâles et femelles. Après le déjeuner, ce sera le challenge viande puis le trophée Ajec et enfin le concours des bovins de boucherie. Dimanche 20 octobre matin, place aux challenges génomorpho et sans corne. Visite officielle à 11H, suivie de l’entrecôte charolaise puis du défilé des champions.

Services

Recevoir la newsletter