Un beau concours national de moutons charollais mais des ventes contrastées

Vendredi dernier à Charolles, le concours national du mouton charollais a donné lieu à un magnifique rassemblement de la race. Avec davantage de participants et d’animaux, le concours faisait plaisir à voir. De nombreux animaux ont été vendus autour des cases. Malheureusement, cette bonne ambiance commerciale n’a pas profité à la vente aux enchères des agneaux de station.

Pour sa première participation, Amandine Fénéon réalise un magnifique concours en remportant le prix de championnat mâle et en manquant de peu le prix du meilleur agneau. Outre un premier prix agnelles et un troisième prix en trente mois, la jeune éleveus

Le concours national de moutons charollais s’est tenu vendredi dernier à Charolles. 700 ovins reproducteurs étaient rassemblés sous un hall de l’agriculture surchauffé. Une température caniculaire qui n’a pas empêché d’assister à une très belle présentation. La qualité des animaux était indiscutable et les exposants plus nombreux que d’habitude d’où beaucoup de lots à juger (264 animaux en concours) avec même un retour en grâce des brebis et pas moins de huit lots d’ensemble et sept lots de famille ! Une belle satisfaction pour les organisateurs, d’autant que peu de races sont en mesure de proposer une telle vitrine, confiait le président Pascal Chaponneau. Depuis qu’il est organisé sous la grande halle de Charolles, le concours national a gagné en qualité de présentation et en « panache », se félicitait le président.

Transactions autour des cases

Cerise sur le gâteau, la fréquentation a généré une bonne ambiance commerciale autour des cases. Les bons agneaux issus des élevages réputés ont trouvé preneurs à des tarifs en hausse par rapport aux années passées. Une ambiance conforme à celle qui a régné en ferme au printemps dernier, confiaient les responsables de l’OS Mouton Charollais. Dans les campagnes, les acheteurs se sont montrés très actifs auprès des sélectionneurs qui ont vendu des agneaux dès le printemps.

Cette tendance bien orientée s’est retrouvée à la petite vente suivant le concours où la plupart des agneaux de prestige sélectionnés ont trouvé preneurs (dix vendus sur 13 mâles présentés ; moyenne 584 €). Idem pour la vente d’agnelles avec 4 lots adjugés sur cinq présentés et ce à des tarifs honorables (moyenne 276 € par agnelle). Parmi les acheteurs, les étrangers n’étaient pas en reste : Belge, Irlandais, Suisse… Un acheteur espagnol, visiblement très intéressé par la race et les animaux de prestige vus à Paris, n’a pas hésité à proposer des sommes rondelettes pour acquérir dix moutons charollais repérés dans les cases.

Déception pour la vente de station

Malheureusement, cette bonne ambiance commerciale n’a pas profité à la vente aux enchères des agneaux de station. Tandis que les éleveurs semblent retrouver goût aux agneaux dégotés en ferme ou sur le concours, ils n’ont pas montré cette année un grand intérêt pour les agneaux évalués en station de contrôle individuel. Seulement 48 des 81 béliers proposés aux enchères ont trouvé preneurs. C’est nettement moins qu’en 2017 où 72% des agneaux avaient été adjugés. Un recul accompagné d’une chute de la moyenne des prix de cent euros à 636 € et ce malgré quelques records aux alentours de 1.500 €.

Une déception pour l’organisme de sélection qui ne ménage pas ses efforts pour promouvoir l’outil collectif et le schéma de sélection racial. Pour Pascal Chaponneau, ce constat n’est pas vraiment une surprise. « On le ressentait depuis le printemps. Après les résultats d’indexation très décevants du printemps, les éleveurs se sont démobilisés. Ils privilégient finalement la qualité morphologique des animaux aux données techniques ». Une tendance que confirment les étrangers qui préfèrent nettement les animaux aux meilleures morphologies, délaissant de fait les sujets de station dotés souvent d’un moins bon coup d’oeil, constate le président. « Et pour un bon éleveur, rien ne vaut encore une visite en ferme où l’on peut voir de ses yeux le père, la mère, l’ensemble du cheptel, la morphologie détaillée de tous les animaux… », confiait en connaisseur Pascal Chaponneau.

Pour la suite, les éleveurs de moutons charollais espèrent exporter à nouveau des agnelles et comptent aussi sur la prochaine foire de Bellac pour parfaire leurs ventes de reproducteurs. Le 13 septembre prochain, l’OS organisera une vente d’agnelles de gré à gré à Charolles. Un évènement pour lequel ils attendent de nombreux éleveurs.

Extrait du palmarès

Prix de championnat femelles : Gaec Berland Luc et Denis, Viry.

Prix de championnat mâle : Amandine Fénéon, Azé.

Prix de championnat agneaux : Gaec Berland Luc et Denis, Viry.

Trophée viande : Claude Ducert, Martigny-le-Comte.

Prix du meilleur agneau : Gaec Berland Luc et Denis, Viry.

Rappel de championnat mâle : Charles Delorme, Champlecy.

Champion de station : Alain Pierre, Clessy.

Prix d’ensemble : 1er Gaec Berland Luc et Denis, Viry ; 2ème Gaec de Champagny, Champagny-sous-Uxelles ; 3ème Gaec Bernigaud, Vaudebarrier.

Prix de famille : 1er Gaec Berland Luc et Denis, Viry ; 2ème Claude Ducert, Martigny-le-Comte ; 3ème Elevage Bonnot Bernard et Denise, Champlecy.

 

Services

Recevoir la newsletter