Actualité

A Cronat, Quentin Prost a toujours le sourire… et compte bien le garder !

De nos jours, s’installer en agriculture n’est pas simple. Mais cela est d’autant plus compliqué quand un jeune n’a pas d’exploitation à reprendre. C’est le cas de Quentin Prost, installé depuis avril 2016 à Cronat. Ce jeune passionné a réalisé son rêve. Rencontre.

En arrivant chez Quentin au lieu-dit « La Loge » à Cronat, c’est un jeune homme souriant et bien dans ses bottes qui m’attend. Quentin Prost, bientôt 24 ans est heureux d’avoir accompli son rêve : devenir agriculteur. S’installer dans le bourbonnais c’était presque une évidence. Quentin est né à Moulins et a fait sa scolarité (maternelle et primaire) à Vitry-sur-Loire puis à Lesme avant d’entrer au collège de Bourbon Lancy. Une enfance passée avec ses cousins, à la ferme, qui a sans doute influencé son orientation. Mais il le dit lui-même, l’école n’était pas vraiment son « truc ». Quentin s’oriente vers des études plus professionnelle dès la 4ème à la maison familiale et rurale d’Anzy-le-Duc. Après la 4ème et la 3ème Quentin passe un bac pro CGEA en alternance. A la suite de ce diplôme l’envie de faire un BTS vient lui titiller l’esprit mais les formateurs n’ayant pas su le convaincre, l’idée est abandonnée. Quentin reste donc ouvrier à Decize dans l’exploitation dans laquelle il était stagiaire durant son bac pro. Ouvrier agricole c’est satisfaisant mais dans un coin de sa tête, l’idée d’avoir sa propre exploitation fait rêver Quentin.

Installation : Let’s Go

Et d’un coup tout s’accélère, l’exploitation au lieu-dit « La Loge » se libère et Quentin part « à l’assaut » de son rêve. Après un rendez-vous à la banque qui donna son feu vert, Quentin se positionne candidat sur cette occasion. En attendant que les démarches s’effectuent, Quentin travaille six mois chez Cialyn. Emploi qu’il ne regrette pas : « ce fut enrichissant pour moi et cela m’a permis de mieux comprendre la filière » me confie-t-il. A la suite, un cédant pressé de remettre son exploitation à un jeune permet à Quentin d’acquérir cette structure qu’il a tant espérée. Le parcours à l’installation se fait donc rapidement car le cédant à déjà vendu son cheptel. Quentin rencontre donc Christine Laugâa, conseillère à la chambre d’agriculture, qui le guidera jusqu’à l’installation définitive.

Mission accomplie

Avril 2016. Si pour vous rien n’a changé dans votre vie à ce moment-là, pour Quentin c’est tout l’inverse. C’est à ce moment là qu’il est devenu chef d’exploitation. Fraichement propriétaire de 2 hectares et des bâtiments, Quentin loue 75 hectares à ses débuts et s’agrandit petit à petit jusqu’à atteindre environ 110 hectares aujourd’hui. Actuellement Quentin fait naitre 90 veaux de races charolaises chaque année, ce qui l’a parfois soucié : « au début j’ai beaucoup stressé lors des premiers vêlages et petit à petit je suis devenu plus confiant ».
Ses mâles sont vendus en broutards et les femelles sont engraissées. Quentin est adhérent à la coopérative Charolais Horizon. L’exploitation est découpée en deux sites se trouvant relativement proches l’un de l’autre. Sur le site de « La Loge », Quentin réalise ses vêlages. Au lieu-dit « Carriot », ce sont les jeunes qui sont abrités pendant la période hivernale. Petit à petit, Quentin modifie les bâtiments pour qu’ils soient plus fonctionnels et remet à neuf bon nombre de clôtures usées par le temps. Le jeune homme choisit d’acheter la plupart de ses taureaux reproducteurs en stations d’évaluation pour plus de garanties.
Si Quentin devait citer deux points "négatifs" qu’en a l’exploitation, ce serait le fait que quasi aucune de ses parcelles ne dispose d’un point d’eau. Ce qui rajoute une charge de travail conséquente quand il faut transporter l’eau. Deuxième regret, la conjoncture mais ça malheureusement, il sait qu’il ne peut en décider seul. Tant de choses qui font dire à Quentin « je me suis installé il y a trois ans et j’ai l’impression que c’est déjà très loin » tant le rythme est soutenu pour orienter l’exploitation au plus proche de ce qu’il voudrait.

Un futur bien tracé

Néanmoins, quand j’ai demandé à Quentin comment il se voyait dans dix ans, la réponse fut assez limpide et claire. « Déjà je serais toujours agriculteur, du moins j’espère. Je n’ai pas de gros objectifs de changement je veux juste mener ma carrière comme je l’entends, optimiser au maximum mes bâtiments pour avoir une fin de parcours sereine ».
Quentin l’avoue, il est têtu et fier de ce qu’il a aujourd’hui. Sans sa détermination il n’en serait peut-être pas là aujourd’hui. Il ne compte pas ses heures mais il est aujourd’hui déjà pleinement épanouit professionnellement. Plus tard, Quentin aimerait construire une famille et se dégager un maximum de temps pour ses loisirs. Souhaitons lui.

Justine Laurent - JA71

Soutiens précieux

Durant ses démarches et bien avant encore, Quentin a toujours été soutenue par sa famille qui pour autant l’a toujours mis en garde quant à l’importance de ce choix de vie. Son papa, auparavant meunier et aujourd’hui ouvrier agricole dans une exploitation voisine de celle de Quentin est pour le jeune homme un vrai pilier : « avec mon père on se voit tous les jours, et si jamais on ne se voit pas on s’appelle ». Quant à sa maman et son frère ils ne sont jamais bien loin pour soutenir le jeune homme dans les moments plus difficiles ou pour donner un coup de main quand il y a besoin. Quentin a également la chance de pouvoir compter sur ses voisins agriculteurs avec qui il fait beaucoup d’entraides. Mais également le fait d’être adhérent à la Cuma qui lui a permis de limiter son investissement en matériel. Des économies non négligeables pour un jeune installé.
Remerciements mérités
Dans son parcours professionnel Quentin a vraiment pu compter sur un petit nombre de personnes qu’il tenait à remercier à travers ce témoignage. Tout d’abord sa famille comme dit précédemment mais aussi le Gaec Agrilorins (ses cousins) qui ont une part d’influence dans le choix de vie du jeune homme et sur qui, il peut compter au quotidien. Vincent Jourdier, agriculteur voisin mais également Rémi Petit. Ce dernier est celui qui a vendu à Quentin son cheptel et c’est avec une grande attention que celui-ci lui a confié « ses filles » comme le dit Quentin. « Quand je lui ai racheté ce cheptel, j’ai bénéficié d’un descriptif de chaque vache. Il m’a donné de bons conseils pour la conduite de mon troupeau et il est souvent revenu les voir une fois qu’elles étaient chez moi ». Un cheptel si bien mené que Quentin à eu sept paires de jumeaux sur 65 vêlages durant le premier hiver. Quentin se dit avoir de la chance : « je ne me sens pas vraiment hors cadre familial grâce à tous ces gens qui me soutienne et qui m’ont toujours épauler ».
Ah ! Et j’oubliais. Quentin peut également compter chaque jour sur la présence de la fidèle Maya, sa jeune chienne beauceronne qui suit son maître partout.

Investi pour changer d’air

Quentin se remémore souvent le début de sa toute jeune carrière ou il avait « la tête dans le guidon » et ou le travail prenait facilement le dessus sur sa vie privée. Aujourd’hui avec un peu de recul, Quentin entend bien prendre un peu de bon temps. Il s’est également investi à différents endroits car il est important pour lui de ne pas rester isolé dans sa ferme. Le jeune homme est depuis peu président de la Cuma de Cronat et administrateur stagiaire au syndicat des Jeunes Agriculteurs de Saône-et-Loire. Si Quentin devait ne donner qu’un conseil à tous les jeunes qui souhaite s’installer, il leur dirait : « Pour moi, il faut être d’abord motivé et vraiment passionné car les premiers moments sont difficiles mais pour autant il ne faut pas oublier de voir du monde et de parler d’autres choses que d’agriculture. C’est vraiment important ».

D'ailleurs, Quentin fait partie du comité d’organisation de la finale régionale des labours qui aura lieu en 2020 à Bourbon Lancy. Les jeunes agriculteurs de son canton présidé par Quentin Barge se retrouvent régulièrement en réunion pour organiser l’évènement.

Vos annonces légales en ligne au meilleur prix
Publiez vos annonces en quelques minutes et obtenez votre attestation immédiatement

Services

Recevoir la newsletter