Viticulture

Agenda toujours chargé même après les vendanges

Lundi à Mâcon s’est tenue une réunion « post-vendanges » pour faire le point sur les démarches après récolte, avec notamment la CAVB, les Douanes, l’Union viticole de Saône-et-Loire et la chambre d’Agriculture.

Et toujours en 2018, c’est malheureusement une habitude, l’après vendanges en Bourgogne est synonyme de prospection obligatoire dans le cadre de la lutte contre la flavescence dorée. Néanmoins, la Confédération des appellations et vignerons de Bourgogne félicite les vignerons pour leur « bonne » mobilisation, même si la CAVB veut profiter de l’hiver pour « lever les derniers blocages » restant dans certains secteurs où la mobilisation n’est pas satisfaisante. Autre dossier hivernal, celui de la protection Arelfa, le dispositif « anti-grêle » qui a fonctionné 19 fois entre le 8 mai et le 29 août. Malgré les efforts de « trois bénévoles derrière chaque générateur », des vignes ont encore été grêlées, sachant que le risque 0 n’existera jamais.

Mais le gros chantier engagé par la CAVB, et l’ensemble de la profession viticole, est celui des bonnes pratiques, notamment en matière de traitements phytosanitaires. Avec sa Charte régionale « Engagée dans nos terroirs et nos territoires », la CAVB veut passer la vitesse supérieure. « On va essayer de vous apporter des solutions pratiques » expliquait Mario Sauquëre, la directrice de la CAVB, qui invitera les viticulteurs à des essais et des démonstrations pour notamment supprimer les produits CMR ou se passer de désherbage chimique. La Confédération des ODG souhaite aussi que ces derniers « s’engagent plus » dans la Charte, voire la « mettent en pratique », motivait Charlotte Huber, de la CAVB. Guillaume Paire de la chambre d’Agriculture présentait d’ailleurs certaines formations permettant de répondre à ces objectifs.

S’en suivait ensuite une longue liste d’aide pour bien faire ses déclarations :autorisation de plantations, déclaration de récolte, VCI…

Respectivement des Douanes à Dijon et du BIVB, Armelle Gautheron et Philippe Longepierre rappelaient la date limite du 1er septembre 2019 pour passer à la DRM nationale. Thibault Laugâa rappelait que des formations sont proposées par l’Union viticole pour passer sur Ciel/Prodouanes en toute confiance. Mais il ne faut pas attendre le dernier moment, mettaient en garde tous les intervenants.

 

Services

Recevoir la newsletter