Actualité Loisirs Ruralité Valorisation

Rencontre avec les bénédictines de Chantelle et leurs produits cosmétiques, dont la renommée n'est plus à faire

Depuis 1954 à Chantelle, dans l’Allier, la communauté religieuse des Bénédictines conçoit, développe et fabrique des produits cosmétiques, distribués en France et en Europe. Découverte.

20 % des ventes se font à la boutique attenante à l’abbaye.

Surplombant les gorges de la Bouble, l’abbaye Saint-Vincent de Chantelle est l’un des trésors, patrimonial du sud de l’Allier. Mais comme tout bien précieux, cet ensemble est fragile. Ici, les travaux sont quasiment continuels. Depuis que la communauté des Bénédictines a pris possession des lieux en 1853 (voir encadré), les sœurs savent bien qu’elles ne pourront vivre seulement d’amour du Christ et d’eau fraîche.

A Chantelle, comme dans bien d’autres communautés monastiques, le travail fait partie du quotidien. Dès 1952, pour faire vivre la communauté, les sœurs réfléchissent à la fabrication et à la commercialisation de quelques produits d’hygiène et de toilette pour l’usage familial. Les premiers lots sont vendus deux ans plus tard. Des eaux de Cologne et du lait de toilette qui, très vite, seront rejoints par une gamme complète de produits de beauté. Aidées par des fournisseurs et des pharmaciens, les sœurs élaborent des formules, et s’initient à la gestion. Une société anonyme est constituée en 1962. Vingt ans plus tard, elle deviendra une SARL.

Au gré des collaborations avec d’autres communautés, et de l’embauche de laïcs spécialisés dans la cosmétologie, la recherche et le développement et la gestion, la société des Bénédictines de Chantelle fait son nid.

Supplément d’âme

Les clients deviennent des inconditionnels, le bouche à oreille du départ se mue progressivement en campagne de prospection. « En choisissant nos produits, les gens achètent une valeur, pas seulement un produit. Ils savent que leur argent sera utilisé à bon escient », explique Mère Pascale, la mère Abbesse.

Aujourd’hui, les shampoings, gel douche, lait de toilette, eaux de Cologne, crèmes, lotions et autres huiles… sont vendues en France mais aussi en Europe de l’Ouest. 40 % des ventes se font par correspondance, 40 % via des revendeurs, et 20 % en boutique sur le site de l’Abbaye. Plus que des clients, les personnes qui s’attardent à la boutique sont aussi des fidèles. Mère Pascale en veut pour preuve, l’impressionnant volume d’intentions de prières qu’elle récupère chaque semaine.

Garantir l’authenticité

Tous les produits - en dehors des savons toutefois fabriqués selon le savoir-faire des sœurs - sont confectionnés sur place. « Nous proposons des produits proches de la nature, authentiques, qui gardent une fabrication artisanale », vante Mère Pascale.

Depuis peu, les sœurs se sont adjoints les services d’un "communauty manager", histoire de doper les ventes auprès des jeunes via notamment les réseaux sociaux.

Ingénieure en biologie industrielle, Betty Bouzin a rejoint l’aventure cosmétique chantelloise en 2009. Directrice de la structure depuis 2011, elle travaille en collaboration avec la dizaine de sœurs et la douzaine d’employés, dans le respect des prérogatives de chacun. « Les sœurs participent aux réunions d’équipe, tandis que, nous, laïcs pénétrons tous les jours dans l’espace monastique. C’est un chemin que nous empruntons mutuellement pour trouver un juste équilibre », raconte la directrice. « Toute personne qui travaille ici, même les stagiaires, n’en sort pas indemne », assure la mère supérieure. « Forcément notre vie questionne, même celles qui ne sont pas chrétiennes. Elles voient que, pour nous, le plus important, c’est l’amour du Christ ».

Garante de l’authenticité des produits, Betty sait que l’avenir de la structure passera par l’amélioration continue des process. En 2005, l’entreprise a été certifiée ISO 9001. Un peu plus de soixante ans après sa création, la société des Bénédictines a encore plein de projets, et des marges dont une augmentation de la production de l’ordre de 30 %.

Sophie Chatenet

Au commencement était un prieuré…

Site classé, le lieu se prête à des randonnées (gorges de la Bouble). Des visites de l’église sont organisées régulièrement en été.

L’histoire de l’abbaye de Chantelle débute en 937, quand Ainaud et sa femme, Rothilde, seigneurs du lieu, fondent près d’un sanctuaire dédié à saint Vincent, le diacre martyr, un prieuré confié à des chanoines réguliers. Parmi les témoins ayant signé l’acte figure saint Odon, deuxième abbé de Cluny. Un petit nombre de religieux assurera la permanence de la prière au monastère. Ceux-ci édifièrent, à la fin du XIe siècle, la belle église romane, remarquable par la pureté de ses lignes et l’équilibre de ses volumes. Au XVe siècle, on assiste à une restauration complète des bâtiments primitifs : le prieuré entièrement rebâti dans le style de l’époque, gothique finissant, se trouva pris dans l’enceinte du château des ducs de Bourbon, dont l’emplacement était situé au sud du prieuré. Ce château, déjà signalé au Xe siècle, fut érigé par les sires de Bourbon. Richement orné, il avait les faveurs d’Anne de Beaujeu, qui le préférait à celui de Moulins. L’ensemble s’élevait au-delà des actuels jardins créés par cette dernière. On retrouve les anciennes douves du château, reconverties en jardins, le long de la route de Saint-Pourçain qui les surplombe. De cet ancien château, rasé en 1635 par Louis XIII et Richelieu, il ne reste plus qu’une partie des remparts qui bordent le jardin et deux tours. Mis en vente sous la Révolution, ce n’est que le 11 octobre 1853 qu’un groupe de moniales bénédictines de l’abbaye de Pradines dans le Roannais reprend possession des lieux à l’appel de l’évêque de Moulins.

Pour aller plus loin

Créée en 1951, l’association à but non lucratif  "Aide au travail des cloîtres" (ATC) et son bras commercial sous la marque "Artisanat monastique" contribuent à distribuer environ 3.000 produits de quelques 150 communautés religieuses en France et en Europe. Tous les produits issus des communautés sont en vente en ligne sur la boutique "Artisanat monastique" à l’adresse suivante : www.artisanatmonastique.com

Services

Dossiers

Recevoir la newsletter