Actualité

Santé publique France publie ses nouvelles recommandations alimentaires

L’agence nationale de santé a présenté ses « nouvelles recommandations sur l’alimentation, l’activité physique et la sédentarité », qui n'avaient pas changé depuis 2001. Manger bio – notamment pour sa santé –, moins de viande, plus de fruits secs… les nouveautés ne manquent pas.

Quel est le régime idéal ? C’est la question à laquelle a voulu répondre Santé Publique France, en publiant le 22 janvier ses nouvelles « recommandations sur l’alimentation, l’activité physique et la sédentarité », dans le but d’aider « la population à faire les meilleurs choix alimentaires et à adopter un mode de vie plus actif ».

L’agence sanitaire se base notamment sur les « avis récents » de l’Anses et du Haut conseil de la santé publique. Elle préconise à la population d’augmenter sa consommation de fruits et légumes (« cinq fruits et légumes par jour »), de légumes secs (« deux fois par semaine »), de fruits à coques, de produits céréaliers complets, et enfin de féculents complets (« au moins un par jour »).

Santé Publique France préconise une diminution de l’alcool (« maximum deux verres par jour, et pas tous les jours »), les boissons sucrées, les « aliments gras, sucrés, salés, et ultra-transformés », tout en diminuant « la viande » (à 500 g par semaine), la « charcuterie » (à 150 g par semaine), et les produits sucrés.

L’agence préconise de manger bio

Pour la première fois, Santé Publique France intègre des questions de durabilité environnementales à ses préconisations. Ainsi, l’agence, conseille « d’aller vers des fruits et légumes de saison, des aliments de producteurs locaux et, si possible, des aliments bio ».« Nous avons pris cette décision pour mieux coïncider avec les différentes politiques publiques, santé et environnement », indique Anne Juliette Serry, responsable de l’unité alimentation et activités physiques à l’agence.

Pour conseiller une alimentation à base de produits issus d’agriculture biologique, l’agence prend également pour justification la santé publique. « Nous le conseillons pour éviter au maximum l’exposition alimentaire aux résidus de pesticides », au « nom du principe de précaution », si cela est « possible », notamment « financièrement ».

Une position partagée par le ministère de la Santé

Basée sur un avis du Haut Conseil de la santé public (HCSP) de 2017, cette recommandation a également été motivée par l’étude Inra/Inserm établissant une corrélation entre alimentation bio et baisse du risque de lymphome non hodgkinien, publiée en octobre dernier. Une position partagée par le gouvernement. « Les recommandations de Santé publique France sont les nôtres », indique-t-on ainsi au ministère de la Santé.

Ces messages feront « l’objet d’une campagne de communication en 2019 » afin de « permettre à toute la population d’en bénéficier », ajoute l’agence. Ces recommandations, dont la célèbre « cinq fruits et légumes par jour » n’avaient pas changé depuis 2001.

Vos annonces légales en ligne au meilleur prix
Publiez vos annonces en quelques minutes et obtenez votre attestation immédiatement

Services

Recevoir la newsletter