Economie

Les prix à la production dépendent peu des prix à la consommation, révèle l'Observatoire de la formation des prix et des marges

Pour la huitième année depuis sa création, l’Observatoire de la formation des prix et des marges des produits alimentaires, présidé par l’économiste Philippe Chalmin, a rendu son rapport au Parlement. Si l’instabilité est toujours forte au niveau des prix à la production, avec un amont agricole qui peine à couvrir ses coûts de production dans beaucoup de filières, notamment animales, les prix à la consommation demeurent relativement stables depuis plusieurs années.

Les données issues de l'enquête auprès des enseignes par FranceAgriMer portent sur les comptes 2017 !

« Il y a une distinction de plus en plus grande entre la conjoncture agricole et les prix payés à la consommation », a conclu Philippe Chalmin, président de l’Observatoire de la formation des prix et des marges, lors de la présentation du rapport 2018 de l’organisme, le 3 juin. Rédigé avant la publication des ordonnances de la loi Egalim, le rapport ne peut pas nous éclairer sur de potentiels effets de cette loi, mais pour l’instant, force est de constater que les producteurs agricoles ont encore une fois peiné, l’année passée, à couvrir leurs coûts de production. Si on observe globalement une hausse des prix à la production de 2,2 % par rapport à 2017, les prix des moyens de production ont également augmenté.

Peu couvrent leurs coûts de production

Le prix à la production diminue de 11,8 % pour le porc, en lien avec une demande internationale, notamment chinoise, plus faible qu’en 2017, et le coût de production de 1,47€/kg n’est pas couvert par le prix de marché (1,37€/kg). En revanche, les effets de la peste porcine africaine en Chine, et la baisse du prix des aliments en Europe, pourraient permettre aux producteurs porcins de retrouver le sourire en 2019, estime le président de l’Observatoire. La situation est également difficile pour le secteur laitier, où malgré une augmentation des prix à la production de 1 %, les coûts de production ne sont pas couverts et enregistrent une hausse de l’ordre de +11 € les 1.000 litres. La différence entre coûts de production et prix à la production est la plus importante pour le lait de montagne (hors Est, secteur du Comté). La situation ne s’améliore pas non plus pour le secteur de la viande bovine, structurellement en perte depuis plusieurs années. Les prix à la production pour les bovins et veaux de boucherie baissent de -0,6 %. L’indicateur national des prix moyens pondérés des gros bovins entrée abattoir (source FranceAgriMer) montre un affaiblissement des cours de 1,1 % par rapport à 2017, une diminution principalement due à la hausse des abattages de vaches en 2018, en lien avec la sécheresse estivale. Globalement, le total des coûts de production, que ce soit pour les systèmes naisseurs spécialisés, naisseurs engraisseurs spécialisés de JB ou naisseurs engraisseurs et cultures, dépasse le total du prix de vente, des produits joints et des aides. Du côté de la filière volaille, le coût de production conjoint de l’intégrateur et de l’éleveur de poulets standards ou label rouge est en hausse, en raison de la hausse du coût de l’aliment. La situation s’améliore en revanche pour certaines productions comme les fruits, les légumes ou le blé tendre qui voient leurs prix à la production augmenter respectivement de +12,3 %, +8,2 % et +11,9 %.

Prix stables à la consommation

Globalement, les prix des produits des industries alimentaires sont stables, indique l’Observatoire, la hausse de certains produits comme les viandes bovines (+ 2,5 %), les produits laitiers (+1,7 % sur l’ensemble, mais -3,3 % sur le groupe beurres-poudres) étant compensée par la baisse d’autres comme la viande porcine (-9 % pour les découpes de porc et -2,2 % pour les jambons), la viande de volaille (-0,5 %), les pâtes alimentaires (-1,8 %) et la farine boulangère pour utilisation artisanale (-0,9 %).

Les prix à la consommation marquent une hausse de +2 %, du fait de la viande de porc fraîche (+0,9 %), du jambon (+2,2 %), de la viande bovine (+1,4 %), des produits laitiers (+3 %) de la baguette (+1,5 %) et des fruits et des légumes (+6,5% et +7 %). Les grandes et moyennes surfaces enregistrent, pour les rayons frais,une marge nette d’environ 1,2 %.

L’observatoire rappelle néanmoins les limites de ces analyses, qui portent sur des produits alimentaires de base, alors que les consommateurs se tournent de plus en plus vers des produits transformés et offrant davantage de services.

Enfin, si la loi Egalim pourra peut-être permettre une meilleure rémunération des producteurs, il faudrait aussi généraliser les logiques de contractualisation, estime Philippe Chalmin, or ces logiques restent pour le moment « insuffisantes et minoritaires ». « Sans logique contractuelle, il y a peu de lien entre les prix à la consommation et les prix payés au producteur », conclut-il. Dans son prochain rapport, l’Observatoire se penchera davantage sur le bio, sur la transparence au niveau de la filière laitière, et devrait intégrer les pommes de terre.

 

Rapprocher vite les indicateurs !

Après la publication, le 3 juin, du dernier rapport de l’OFPM (Observatoire de formation des prix et des marges), la FNSEA et les JA ont appelé à « entamer le rapprochement (…) entre les indicateurs interprofessionnels et les indicateurs fournis par l’Observatoire ». Lors des débats de la loi Egalim, ils plaidaient pour que l’OFPM calcule les indicateurs de coûts de production. Une mission finalement confiée aux interprofessions. « Dans la quasi-totalité des filières, [les agriculteurs] ont été dans l’incapacité de couvrir leurs coûts de production par les prix de marché en 2018 », estiment la FNSEA et les JA, rappelant qu’il est « encore trop tôt pour évaluer l’impact de la Loi Egalim ». Même son de cloche du côté de l’APCA, qui pointe des « difficultés croissantes pour les agriculteurs dans la répartition de la valeur ajoutée ». Claude Cochonneau, président de l’APCA, s’inquiète de « l’accentuation des tensions dans les négociations commerciales » et attend « des résultats tangibles de la loi et un retour de la valeur ajoutée due aux agriculteurs ».

Vos annonces légales en ligne au meilleur prix
Publiez vos annonces en quelques minutes et obtenez votre attestation immédiatement

Services

Recevoir la newsletter