Actualité Elevage Ruralité

Les loups hybrides, c’est-à-dire issus de croisement entre chiens et loups, font débat depuis plusieurs mois dans la profession.

Les loups hybrides, c’est-à-dire issus de croisement entre chiens et loups, font débat depuis plusieurs mois dans la profession.

Selon les chiffres de l’ONCFS, chiffres contestés par un comité d’éleveurs…

Ainsi un comité d’éleveurs a-t-il présenté le 23 novembre à Grenoble, les résultats d’analyses de vingt échantillons contenant de l’ADN, prélevés dans la nature, issus de loups. Selon les résultats, ces loups seraient tous « des hybrides de lignée non italienne ».

Un résultat que l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) conteste cependant. Dans une note technique datée du 13 septembre, l’ONCFS présentait les résultats de ses propres analyses. Sur 130 échantillons récoltés entre 2010 et 2017, 120 seraient bien issus de loups (92,5 %), 2 avaient des signatures génétiques qui correspondraient à des hybrides de première génération (1,5 %) et 8 des signatures génétiques qui qualifieraient une hybridation plus ancienne (6 %). Ces proportions correspondraient à ce qui existe dans d’autres pays d’Europe, toujours selon l’ONCFS.

Mais le comité d’éleveurs confirme ses données, en dépit des positions réaffirmées de l’Office national… Il faut dire que l’enjeu est de taille puisque le loup hybride n’est pas protégé par la convention de Berne…Dès lors, un flou juridique subsiste à son sujet. L’ONCFS souligne qu’il reste très difficile à identifier si ce n’est par une analyse en laboratoire, sachant que les loups et les chiens ont plus de 99 % de leur ADN en commun…

Services

Recevoir la newsletter