Viticulture

Un salon Food Use Tech très tourné vers le vin 2.0

Les 20 et 21 septembre, l’ensemble des acteurs de l’écosystème FoodTech s’était donné rendez-vous au Palais des Congrès de Dijon pour imaginer, construire et débattre des enjeux de l’alimentation de demain « du champ à l’assiette ». Mais finalement, il fallait aussi rajouter le verre pour que le menu soit complet.

Cette deuxième édition a réuni plus de 1.600 participants et 44 intervenants, dont Delphine Geny-Stephan, secrétaire d’Etat à l’économie. Food Use Tech s’impose donc comme un rendez-vous incontournable des acteurs de la FoodTech, les technologies liées à l’alimentation. Venus de toute la France, 94 exposants dont 76 startups ont présenté leurs innovations technologiques répondant aux « usages alimentaires de demain » de la production à la consommation en passant par la transformation, sans oublier la distribution.

Bourgogne oblige, les innovations liées au monde du vin étaient nombreuses à Dijon. Parmi ces dernières, citons par exemple « Oncle Bacchus », l’œuvre d’Alan Helliot, jeune trentenaire et ingénieur aéronautique. L’application propose « d'être gestionnaire de cave » et plus précisément de sélectionner les vins en fonction des budgets de chacun, en fonction des goûts et du repas prévu. Plusieurs centaines de bouteilles sont référencées. La livraison se fait dans les trois jours avec des offres qui débutent à partir de 149 euros... 

Plus innovant, la présentation d’un aérateur intelligent né d'une start-up française. Avec Aveine, l'aérateur doit permettre une consommation immédiate. Après avoir scanné l’étiquette sur la bouteille, le vin est identifié grâce à une base de données. L’application se connecte à l’aérateur pour le calibrer et adapter l’aération au vin sélectionné.

Mais le plus intéressant est peut-être MyOeno qui se propose de réaliser des analyses de vin.  Le scanner ou plus exactement le spectromètre de poche proposé par l'entreprise française permet de disposer des caractéristiques oenologiques d'un vin rouge, sa puissance, sa vivacité, ses tanins. Utile pour un usage professionnel donc. Pour le grand public, la connexion avec une application gratuite permet d'accéder à tout un catalogue de vins. MyOeno est commercialisé au tarif de 89 euros.

CM d'après info-chalon.com

Services

Recevoir la newsletter