Actualité Economie Elevage Marchés Ovin Valorisation

Alors que la France accueillera en 2019 le championnat mondial de la tonte, zoom sur le marché de la laine ovine

Le prix de la laine atteint des sommets en Australie, en lien avec la demande chinoise. En France, la laine reste une filière quelque peu en retrait, même si elle perdure encore sur certains territoires…

La laine fait recette en Australie, mais moins en France. La demande chinoise tend le marché mondial, ce qui profite notamment à l’Australie, premier exportateur de laine au monde. Le pays produit 345 millions de kilos de laine brute par an, dont 90 % sont exportés. Près de 80 % de cette laine part vers la Chine, le reste prend la direction de l’Inde, de l’Italie et de la République tchèque. « C’est une période merveilleuse, un âge d’or », analyse Peter Morgan, directeur du Conseil australien des exportateurs de laine. « En huit ans, un kilo de notre laine a augmenté de dix dollars : en ce moment, il vaut 18 dollars (11,50 € environ). Je n’ai jamais vu cela ! ».

La laine australienne est majoritairement issue de moutons de race mérinos. Elle est réputée pour sa finesse. « La demande, énorme et croissante, provient notamment de la nouvelle classe moyenne chinoise » de plus en plus attirée par cette fibre naturelle, analyse Stuart McCullough, PDG de l’Australian Wool Innovation (AWI), une coopérative de 24.000 producteurs. Le dynamisme « du marché du sportswear et des vêtements d’extérieur où la laine fait figure de championne » est aussi à l’origine de la hausse de la demande sur le plan mondial, selon lui.

Les professionnels de la filière craignent tout de même un manque de tondeurs. « Pour l’heure, aucune machine n’est capable d’égaler la précision et la délicatesse d’un tondeur », estime Ian Elkins, ex-champion de la tonte. « Mais nous ne sommes que 4.000, parmi lesquels trop peu de jeunes alors même que ce métier, très physique, a besoin de corps robustes pour assurer la relève », souligne-t-il.

La France a des atouts

En France, la situation est très différente, comme l’explique Christophe Riffaud, président de l’Association pour le mondial de tonte du mouton (AMTM) et tondeur lui-même. En effet, la laine ne paye pas toujours le tondeur. Mais « tout dépend des régions et de la race de mouton », fait-il observer. « Les brebis viande produisent aussi moins de laine, environ 2 kg par brebis. En Limousin, Vienne ou Haute-Vienne, il faut compter 0,60 €/kg. Pour les mérinos de Provence, le prix atteint 1,50 €/kg de laine ». Or, suivant les régions, le tondeur est payé de 1,50 à 2,50 €/kg par mouton. Il peut en tondre jusqu’à trois cents par jour. Des filières locales se sont développées pour mieux valoriser la laine en France, comme le réseau "Laines locales Limousin".

 

Mondial de la tonte du mouton : En France en 2019

En France comme en Australie, la tonte reste un travail très physique, peu mécanisé. Heureusement, selon Christophe Riffaud, qui n’hésite pas à parler du bien-être animal durant la tonte. Plus le geste est précis et rapide, moins la brebis stresse et se débat. « Le risque zéro n’existe pas. Mais la tonte reflète aussi le lien entre l’Homme et l’animal », développe Christophe Riffaud qui a défendu l’organisation en France pour 2019 du mondial de la tonte du mouton, en Haute-Vienne. « Ce sera la première fois que quarante nations seront présentes en France. En 2010, le championnat du monde avait eu lieu au Pays de Galles et en 2014 en Irlande », souligne-t-il. Une manière de valoriser la filière et le savoir-faire français.

En attendant le Mondial...

En attendant le Mondial, les 24 heures de la tonte donnent rendez-vous aux passionnés le vendredi 8 juin prochain à 18 heures, au marché au cadran des Hérolles, à Coulonges (Vienne).

Pendant 24 heures, deux équipes s’affronteront. Chacune sera formée de trois tondeurs : un senior, un open et une fille. Une première équipe composée de Christophe Riffaud, Gilles Grancher et Eléonore Resneau, la seconde de Pierre Grancher, Hugues Lachaume et Jalle Resneau.

Les tondeurs commenceront à 18 heures le vendredi et finiront à 18 heures le samedi, avec des pauses de quatre heures, pour leur permettre de maintenir un rythme intense. Leur objectif sera de tondre un maximum de brebis en 24 heures de travail effectif, sur quatre runs (sessions de tonte) de deux heures. Chaque compétiteur tondra donc respectivement 8 heures.
Pour cet événement, l’AMTM a prévu de mettre 2.800 brebis à disposition. Ce sera aussi l’occasion de promouvoir le championnat du monde de tonte de moutons au sein du public et des élus.

Au programme

♦ Vendredi 8 juin :
-18 heures : début de la compétition et des animations musicales et festives

♦ Samedi 9 juin :
- 18 heures : fin de la compétition
- 18 heures 30 : remise des diplômes
- 19 heures : soirée animée par Diapason Banda de Magnac Laval

Restauration sur place et buvette pendant les deux jours

Pour tout renseignement, contactez l'Association pour le Mondial de tonte de moutons par courriel à asso.amtm@gmail.com ; sur facebook : www.facebook.com/AMTM.LeDorat2019 ou sur le site http://mondialdetonte-france2019.com/...

 

Services

Recevoir la newsletter