Actualité Loisirs

La vouivre victime d’un vol

Bâti sur un éperon rocheux, sur la rive gauche de la Saône, en face de la ville de Tournus, Lacrost abrite un riche patrimoine ainsi que quelques légendes.

L'église trône au sommet du village.

Jusqu’au milieu du XIXème siècle, l’activité de Lacrost était centrée sur l’exploitation des carrières de pierres. Les carriers, tailleurs de pierres, et même les Compagnons du Devoir ont laissé leurs emblèmes sur leurs maisons ou pierres tombales. L’agriculture assurait également la prospérité du village, Lequel a vu naître le 15 mai 1881 Gabriel Jeanton. Celui-ci présida pendant 18 ans le tribunal civil de Mâcon et l’Académie de Mâcon durant 10 ans. Il a aussi écrit de nombreux ouvrages sur le folklore et l’architecture de la région mâconnaise,

Présence d'une nécropole

Vestige gallo-romain, la nécropole des Près-de-l’eau occupe une superficie d’une quinzaine d’hectares à 700 m de la Saône. Elle comporte une quarantaine de tumuli selon trois lignes approximatives orientées Nord-Sud parallèlement à la rivière. Les tumuli sont plus nombreux au Sud mais plus grands au Nord. Leurs dimensions varient de 5 à 45 m de diamètre et de quelques centimètres à 1,80 m de hauteur. Deux de ces tumuli sont classés au titre des monuments historiques. Sur le site, ont été trouvés des silex taillés de l’époque néolithique et une pointe de flèche datant de la fin de l’Âge de la Pierre Polie. Sans oublier des tessons de poteries et objets métalliques de l’époque gauloise. La forme et le décor des vases recueillis permettent de les dater de la période du bronze.

Au Sud du village, le lavoir de Marandin figure sur la liste des biens de la communauté dès la fin du XVIème siècle. Le sol est en dalles de pierres rose. Sur ce sol est posé un bassin de 60 cm de profondeur environ. Les margelles, également en pierres roses polies, sont en pente douce pour permettre le travail des lavandières. Chaque pierre constituant la margelle est taillée avec un système dit « en cadettes », unique en son genre, permettant de « marier » les dalles les unes aux autres. Un canal en pierre le reliant à un puits permet l’acheminement de l’eau d’une source captée plus haut dans la combe. Le bassin est abrité par une voûte en pierres, elle-même protégée par une toiture.

Enfin, selon une légende, une vouivre vivant à Lacrost venait boire l’eau de la fontaine à Chagrin. Ce serpent ailé en forme de dragon portait une pierre précieuse sur le front appelée escarboucle. Elle se serait fait voler son escarboucle alors qu’elle l’avait déposée pour boire. Aveuglée, elle en périt.

Services

Recevoir la newsletter