Viticulture Economie

La Cité des vins de Mâcon en avant-première

Quelques jours après la fin des vendanges, le Bureau interprofessionnel des vins de Bourgogne (BIVB) a dévoilé les projets architecturaux des futures Cités des vins. Le BIVB est maître d’ouvrage sur les bâtiments de Chablis et Mâcon (la Cité de Beaune étant elle gérée par la ville). Présentation en avant-première de la Cité de Mâcon.

La future Cité des Vins reliera les bâtiments existants.

« Pour la Cité des vins de Mâcon, nous voulions un signal fort et des courbes », explique Jérôme Diguet, responsable projets Cités des vins de Bourgogne. Ce signal fort sera une vis sans fin haute de 17 m, « inspirée du pressoir et symbole d’ascension », bien visible depuis le quai du Maréchal De Lattre de Tassigny. Les courbes, quant à elles, « rappelant les ammonites qui se trouvent dans nos sous-sol », serviront à réunir les deux bâtiments existants, celui de la Maison des vins du BIVB et celui de la Maison mâconnaise des vins. Désormais, une entrée unique servira les deux ailes et la distribution intérieure tournera autour de cet axe central. En plus de la salle de réception et de l’auditorium, cette cité des vins comprendra un restaurant, une terrasse, tout un parcours de visite et d’exposition permanente. Conçus avec beaucoup de verre, ce seront autant d’espaces lumineux. Du haut du promotoire, les visiteurs bénéficieront d’une vue privilégiée sur la Saône et sur une partie de la ville.
L’appel à candidature pour les deux Cités a été lancé en mars dernier. Un vrai succès : 69 cabinets d’architecte ont répondu à l’appel pour l’un des projets ou pour les deux. 54 dossiers concernaient Mâcon.

Objectif 50.000 visiteurs

Début mai, le jury composé d’une vingtaine de personnes issus de la profession, d’experts architectes ou d’élus, a préselectionné trois candidats pour chaque lieu. Alors que des cabinets de Paris, de Lyon et d’ailleurs ont postulé, ce sont à chaque fois des agences locales qui ont été préférées, dont RBC Architecture, associé ACL, Atelier Christine Larochette architecte, pour la Cité de Mâcon.
Le scénographe, commun aux deux lieux, sera sélectionné mi novembre. « Nous prévoyons les débuts des travaux pour fin 2019, avec une ouverture commune, Mâcon, Chablis, Beaune, avant l’été 2021 », précise encore Jérôme Diguet. Pour ce qui est des prévisions en terme de fréquentation, « la projection est de 50.000 visiteurs pour Mâcon, et nous comptons notamment sur le tourisme fluvial qui draine chaque année 80.000 croisiéristes dans la ville ».
En terme d’investissement, le coût global s’élève à 3,9 millions d’euros. Et François Labet, le président du BIVB, de rappeler que « ce sont des projets fantastiques pour la région, le vin est le premier promoteur de la Bourgogne. Ces cités seront le point d’entrée de la promotion de tous les territoires ».

Vendanges 2018 : une divine surprise

Quelques jours après la fin des vendanges, François Labet, président du BIVB, affichait un large sourire : « en blanc, nous aurons un millésime exceptionnel en qualité et en quantité que nous pouvons dores et déjà comparer à 1982 et 1999. Il y a eu une divine surprise sur la qualité et la quantité des blancs. En rouge, nous avons des quantités moins importantes que prévues, mais à la qualité remarquable. Nous avons comparé la courbe des températures depuis 100 ans, et nous sommes proches de 1947 qui fut une année mémorable ».

Cependant, la situation météorologique laisse malgré tout perplexe : « le manque de précipitation nous pose question quand on voit la tenue de la vigne. Certes, on sait que la vigne a des racines profondes, donc on peut présumer que les pluies du printemps sont encore présentes. Le réchauffement climatique semble bénéficier à nos régions septentrionales ».

S’il est trop tôt encore pour connaître le volume vendangé cette année, Louis Fabrice Latour estime que « les deux grosses récoltes consécutives devraient permettre une baisse des prix, vers un niveau plus raisonnable ». Et il s’en félicite : « c’est bien pour une région d’avoir des produits sur le marché. Avec des millésimes qualitatifs, nous pouvons reconquérir des clients, attirer la jeunesse ».

Services

Recevoir la newsletter