Elevage Actualité Allaitant

La station de Jalogny rayonne loin du berceau !

Le prestige de la station de Jalogny va bien au-delà du berceau de race. Du Pas-de-Calais aux Alpes, des éleveurs-sélectionneurs de charolais choisissent la station saône-et-loirienne pour valoriser leurs meilleurs reproducteurs.

Eleveur de charolais près de Besançon, Olivier Curty avait son premier veau en pension à la station de Jalogny cette saison.

Gaec de Navoux dans l’Isère

« Une renommée et une ambiance »

La famille Jourdan conduit un troupeau d’une soixantaine de charolaises près de Vienne, dans l’Isère. Passionné de sélection, Alain Jourdan a fait progresser son troupeau en accouplant avec des taureaux d’insémination et par transplantation embryonnaire. Depuis environ six ans, il propose des veaux à la station de Jalogny et chaque année, au moins l’un d’entre eux est sélectionné puis vendu lors de la vente aux enchères de début d’année. « La station de Jalogny est très renommée. Le niveau génétique est élevé et l’ambiance très bonne », confie Alain Jourdan.

EARL des Trois Tilleuls dans l’Isère

« Pour valoriser les meilleurs veaux »

Eleveur de 90 charolaises inscrites dans l’Isère, Sylvain Berruyer est un peu loin du berceau de race. Là-bas, les génisses charolaises montent en alpage jusqu’à 2.500 mètres d’altitude, mais il est difficile de valoriser la génétique. C’est ce qui a conduit Sylvain Berruyer à devenir un inconditionnel de la station de Jalogny. Les deux dernières années, il a ainsi pu valoriser ses meilleurs veaux dont l’un est même parti en Hongrie. Cette année, l’EARL des Trois Tilleuls a deux animaux en pension à Jalogny.

Cédric Leclerc dans la Haute-Saône

Indispensable pour les hors-berceau

Inscrit au Herd Book depuis peu, l’élevage de Cédric Leclerc a des veaux en pension à la station de Jalogny pour la seconde année consécutive. Dans une région dominée par la montbéliarde, le jeune éleveur doit sortir de son département pour valoriser sa génétique. L’an dernier, son veau de Jalogny avait été adjugé 4.250 € à un élevage de la Nièvre. Cédric Leclerc se dit très content de la station saône-et-loirienne. Il apprécie le suivi des animaux ; le fait de pouvoir se comparer suivant un protocole qui exclut toute triche.... L’éleveur de la Haute-Saône apprécie également les moments d’échange que sont les étapes de l’évaluation. Sans oublier le site internet, très prisé des clients, rapporte-t-il.

Gaec des Rosiers – Curty dans le Doubs

« Pour se faire connaitre »

En Gaec près de Besançon, Olivier Curty représente l’un des deux seuls élevages inscrits au Herd-Book Charolais dans le Doubs. Sur leur exploitation de polyculture, les associés ont fait monter en gamme le niveau génétique de leur troupeau. Inséminé à 80%, avec des taureaux diffusés par la coopérative Elitest, le cheptel a été inscrit en 2018 et la même année, l’élevage a vu son premier veau sélectionné pour la station d’évaluation de Jalogny. Une fierté pour ce nouveau sélectionneur hors berceau.

Guillaume Halipré dans le Pas-de-Calais

« Sérieux et professionnalisme à Jalogny »

Naisseurs-engraisseurs dans le Boulonnais, Georges et Guillaume Halipré descendent chaque année deux ou trois de leurs veaux à Jalogny. « Dans notre région diversifiée, les éleveurs n’ont pas l’habitude d’investir dans la génétique. Pourtant, notre marge de progrès, c’est le coût de production et son amélioration passe par la génétique », estime Georges Halipré. A Jalogny, l’élevage du nord de la France trouve la clientèle qu’il n’a pas. Il y a une dizaine d’années, Georges avait vendu l’un de ses veaux à Gènes Diffusion. L’année dernière, un autre veau a été vendu par son fils à des slovènes. La famille Halipré apprécie le sérieux et le professionnalisme de la station saône-et-loirienne.

Philippe Verlingue dans le Pas-de-Calais

Une réputation et un bon groupe

Philippe Verlingue est polyculteur-éleveur près de Calais. Fidèle à la station de Jalogny depuis dix ans, l’un de ses veaux avait été le record de la vente en 2016. Malgré les 700 km qui le séparent de Jalogny, Philippe Verlingue témoigne de la réputation de l’outil. Une notoriété qu’il attribue à l’excellente gestion de la station par des professionnels eux-mêmes. Pour ce sélectionneur loin du berceau, c’est un autre moyen de se faire connaitre sans avoir à courir à des concours.

Vente aux enchères à Charolles le 15 février

Le président du GIE Synergie Charolais Frédéric Borne saluait le travail collectif mené par les organisations génétiques du département au sein de la station.

La prochaine vente de la station d’évaluation de Jalogny aura lieu le 15 février prochain à Charolles. Une porte ouverte à la station précèdera la vente le 9 février et le catalogue des animaux sera édité vers le 5 ou 6 février.

L’année dernière, 58 des 85 veaux présentés aux enchères avaient trouvé preneurs au prix moyen de 3.358 €. Le plus cher avait été adjugé 9.750 € et 22 animaux étaient partis pour l’étranger (République Tchèque, Hongrie, Slovénie, Maroc). Depuis qu’elle s’est délocalisée à Charolles, la vente de la station charolaise est devenue un évènement incontournable et elle s’est enrichie en animations, soucieuses de s’ouvrir davantage au public. L’an dernier, le GIE Synergie Charolais avait remis un chèque de 850 € à l’association Les Black Roses. Ce geste de générosité a permis à un jeune atteint d’une maladie génétique d’être équipé d’un « IPad », l’aidant à poursuivre ses études malgré sa cécité.

Pour la campagne 2018-2019, les responsables du GIE ont enregistré une légère baisse du nombre de veaux proposés au recrutement. La sécheresse et une érosion du nombre d’exploitations candidates pourraient en être la cause. Si la Saône-et-Loire est en recul, en revanche le rayonnement national de la station de Jalogny se confirme avec une quinzaine de départements fournisseurs. 83 veaux ont été évalués cette saison en provenance de 67 élevages. Les animaux ont tous été génotypés et ont fait l’objet d’une pelvimétrie. Depuis plusieurs années, la station saône-et-loirienne dispose d’un véritable programme de procréation qui recommande un certain nombre de géniteurs. Les performances, pédigrés, index, photos et vidéos des veaux sont visibles sur le site internet de la station http://www.stationevaluation71.com.

Le jour de la vente, des taureaux issus de la station seront exposés à Charolles dont Macaron, record de vente en 2017 (12.020 €). La Confrérie des Saveurs du Pays Charolais fera déguster de la viande charolaise. Une boutique de la Maison du Charolais ainsi que divers exposants seront présents. Après les Blouses Rose en 2017, puis les Black Roses en 2018, ce sont les Papillons Blancs que le GIE Synergie a choisi d’aider cette année. Les veaux seront mis à prix 2.500 € et les enchères seront de 50 €.

Vos annonces légales en ligne au meilleur prix
Publiez vos annonces en quelques minutes et obtenez votre attestation immédiatement

Services

Recevoir la newsletter