• Dégâts de gibiers, de sangliers : s’adapter au nouveau contexte

    Depuis le milieu de l’été les dégâts causés par la population grandissante de sangliers ont suscité de nombreux débats. La situation est problématique pour l’activité agricole, il s’agit du gibier qui provoque le plus de dégâts dans les exploitations. Pour la FNSEA, il faut s’adapter à ce nouveau contexte en faisant évoluer le processus de déclaration d’indemnisation et en contrôlant la population de sanglier. Sous son impulsion, la première réunion du Comité nationale de lutte contre la faune sauvage s’est tenue en septembre

  • « Les NBT sont incontournables dans la recherche »

    La direction de l’Inra vient d'expliquer la position de l’institut en matière d’utilisation des nouvelles techniques d’amélioration variétale (NBT). Pour le PDG de l’Inra, Philippe Mauguin, ces techniques sont « incontournables dans la recherche en biologie végétale ». L’Institut de recherche fixe toutefois des limites à son utilisation, comme la création de variétés résistantes aux herbicides, et plaide plutôt pour des recherches sur l’amélioration de la résistance aux maladies, précise Christine Cherbut, DG déléguée aux affaires scientifiques. Ces recherches pourront nécessiter des essais en pleins champs, ajoute-t-elle. Quant à leur intérêt en agriculture – où leur utilisation est régie par la directive UE de 2001 sur les OGM depuis le récent arrêt de la CJUE –, le PDG de l’Inra estime que ces techniques « peuvent être utiles dans certaines circonstances ».

  • L'art de la dégustation des vins date du siècle dernier.

    Comme le rappelle Olivier Jacquet dans un article paru en juin dernier dans la revue Crescentis(1), il y a eu un avant et un après vins d'appellation d'origine et avec cette apparition une nouvelle façon de consommer et de déguster les vins.

  • Prestige et record à la vente des Hospices de Beaune

    La 158e  vente des vins des Hospices de Beaune a lieu le dimanche 18 novembre. Organisée par les Hospices civils de Beaune et par Christie's, la vente de cette année concernera 828 pièces - dont 631pièces de vin rouge, le reste en blanc- réparties en 50 cuvées.

  • Un lait économe, de qualité, valorisé

    2018 est une nouvelle année difficile pour l’alimentation des laitières. Au moment de délivrer ses dernières préconisations en matière de rations, Acsel Conseil Elevage évoque malgré tout « des fourrages globalement corrects en valeur alimentaire ». Cette année atypique à plus d’un titre n’enlève rien à l’intérêt de valoriser l’herbe et d’optimiser les concentrés. Ce que démontre le témoignage du Gaec de Bouchat à Varennes-Saint-Sauveur, lauréat du challenge tech éco 2018. Et face à un avenir toujours insaisissable, mieux vaut miser sur une valorisation du lait sur la qualité. L’hygiène de traite est le premier rempart contre les pathologies préjudiciables à la qualité du lait. En transformation à la ferme, elle doit être assurée depuis les mamelles jusqu’en fromagerie, comme en témoigne le Gaec Pardon à Tramayes.

  • Un départ sur le sommet de la vague

    Après une décennie consacrée à l’escargot, Jérôme Chaland fait un vrai choix de vie en cédant son exploitation hélicicole située à Saint-Germain-du-Plain. Avec, toutefois, le souhait d’assurer la meilleure transmission possible pour une structure qui fournit quatre tables étoilées du département.

  • L'appellation Bouzeron, AOC, fête ses vingt ans

    Seule appellation village en Bourgogne issue du cépage aligoté, Bouzeron souffle vingt bougies pour autant de millésimes. Une date anniversaire que les vignerons entendent marquer d’une pierre blanche en organisant deux événements d’ampleur.

  • Centenaire de la Grande guerre : Un éclairage sur le rôle des femmes dans l’agriculture

    A l’occasion du centenaire de la Grande guerre, de nombreux témoignages écrits ont été exploités pour éclairer d’un angle nouveau les conditions de vie pendant le conflit. Ils permettent notamment de refléter la vision des femmes, pilier de l’effort de guerre et moteur de l’économie, en l’absence des hommes mobilisés au front. 

  • Une rencontre constructive entre la FNSEA et François de Rugy

    La FNSEA a rencontré fin octobre, le nouveau ministre de la Transition écologique et solidaire, ainsi qu’Emmanuelle Wargon, secrétaire d’Etat auprès du ministre, en charge de l’accompagnement des territoires dans la transition écologique, pour faire le point sur les dossiers agricoles.

  • Etape parisienne pour l'agriculteur à vélo

    Parti il y a près de deux mois de Châtenoy-le-Royal, Alexis Peulson est un jeune ingénieur paysan qui a décidé de faire le tour de France à vélo. Mais une Grande boucle à sa façon, à la rencontre des agriculteurs, pour témoigner des pratiques actuelles et pour permettre d’imaginer l’agriculture de demain.

  • Le marché des plaisirs gourmands, le rendez-vous qui tient ses promesses

    Le 13e Marché des Plaisirs gourmands se déroule du 16 au 19 novembre prochains au Parc des expositions de Mâcon. Il est devenu « Le » rendez-vous de la gastronomie du secteur, car selon la formule préférée de Bernard Delaye, le président du Comité des Salons & concours de Mâcon, il propose un véritable « voyage culinaire ».

  • Une production record au niveau mondiale d'oléagineux et de protéagineux

    Le conseil spécialisé de FranceAgriMer pour les filières « oléagineux, protéagineux, fourrages séchés et plantes textiles » s’est réuni le 23 octobre sous la présidence de Jacques Siret. Les intervenants ont fait un point sur la situation des marchés et ont présenté les résultats d’une étude sur la consommation des ménages.

  • Sécheresse : les dégrèvements de TFNB attendus à partir de mi-Novembre !

    Conscients de l’urgence de la situation liée à la sécheresse pour les éleveurs, la FDSEA et les JA ont obtenu de la DDFIP (Finances publiques) la mise en place rapide de dégrèvements de TFNB, et ce sans attendre le résultat de la procédure calamités agricoles. L’objectif est bien de pouvoir apporter rapidement un peu de trésorerie dans les exploitations. Retour en détail sur ce dispositif et les autres procédures encore en cours.

  • Agenda toujours chargé même après les vendanges

    Lundi à Mâcon s’est tenue une réunion « post-vendanges » pour faire le point sur les démarches après récolte, avec notamment la CAVB, les Douanes, l’Union viticole de Saône-et-Loire et la chambre d’Agriculture.

Services

Recevoir la newsletter