Chambre d'Agriculture de Saône-et-Loire

Président : Christian Decerle

Directeur : David Barthe

  • 59 rue du 19 mars 1962
    CS70610
    71010 Mâcon Cedex
  • 03.85.29.55.50
  • accueil@sl.chambagri.fr

Articles liés

  • Démonstration de plantation GPS de piquets et palissage à Lugny

    Le 2 avril dernier, la Chambre d’Agriculture de Saône-et-Loire a organisé, en partenariat avec Profil Alsace et Vitisat, une démonstration de plantation GPS de piquets et palissage. Un rendez-vous qui s’était installé à Lugny sur le site du vignoble expérimentale de la Chambre d’Agriculture.

  • L'essor des circuits courts passé au crible par Okadran

    « Circuits courts », un terme qui revient aujourd'hui dans toutes les bouches lorsqu'il s'agit de proposer des solutions à divers enjeux économiques et environnementaux... Signe de l'évolution des mentalités, 53 % des agriculteurs déclarent aujourd'hui vouloir se tourner vers les circuits courts. Il faut dire qu'en plus de bénéficier d'une vraie indépendance à l'égard des grands acheteurs, les agriculteurs engagés dans cette démarche voient aussi leur rémunération croître en moyenne de 34 à 50 % selon la filière.

  • La commercialisation des fromages fermiers, un métier à part entière !

    On entend souvent qu’un producteur de fromages fermiers doit savoir jongler avec trois métiers : l’élevage et la production, la transformation et la commercialisation. Quiconque se frotte à la profession constate l’évidence de cette affirmation : la vente ne s’improvise pas, et il convient de mettre toutes les chances de son côté dès le démarrage de l’activité.

  • Sortie d'hiver après la sécheresse, la priorité : reconstituer les stocks de fourrage

    Au cours de l’automne dernier, les réunions sécheresse organisées par la Chambre d’agriculture tentaient d’apporter des conseils aux éleveurs pour faire face au manque de fourrage annoncé, voire déjà criant pour certains. L’inquiétude était grande alors et l’incertitude complète quant à la météo qu’allait réserver l’hiver. S’il est encore trop tôt pour tirer tous les premiers enseignements de la sécheresse, des conseils de conduite peuvent d’ores et déjà être donnés alors que le printemps commence à se profiler. Sarah Besombes, conseillère d’entreprise à la chambre d'agriculture de Saône-et-Loire, en livre les grandes lignes.

  • S’affranchir des phytos grâce au partage d’expérience

    La loi, autant que la pression sociétale, conduit le monde agricole à véritablement se remettre en question quant aux produits phytosanitaires. Et les agriculteurs répondent présents lorsqu’il s’agit de réfléchir à de nouvelles méthodes culturales permettant de réduire leur consommation. Il en est ainsi des agriculteurs qui se sont retrouvés lundi 11 mars du côté de Saint-Pierre-le-Vieux à l’appel des JA Bourgogne France-Comté.

  • Cours d’eau Cartographie en cours pour la Bresse et le Chalonnais

    Dans le cadre du travail de concertation avec la profession, la FDSEA, en partenariat avec les services de la chambre d’agriculture, a organisé six réunions locales durant le mois de février. L’objectif de ces réunions était de valider la cartographie réalisée par la DDT et l’AFB (Agence Française pour la Biodiversité) sur les bassins versant de la Seille, de la Noue, de la Ténarre, de la Dheune, de la Corne et du Chalonnais.

  • Selon la deuxième étude sur le moral et la santé physique des exploitants agricoles de Saône-et-Loire, 1 agriculteur sur 3 en risque d’épuisement professionnel

    En pointe sur les questions relatives aux moral et la santé physique – souvent liés - des exploitants agricoles de Saône-et-Loire, la Chambre d’agriculture de Saône-et-Loire a révélé les conclusions de sa deuxième vague de son Observatoire qui vise notamment à mesurer et déceler les situations de fragilité professionnelle. Telle que la dépression, le burnout, solitude, perte d’un être cher… L’objectif est d’apporter différentes solutions à terme. Un agriculteur sur trois dans le département serait en risque d’épuisement professionnel. A chacun aujourd’hui de les accompagner à son niveau.

  • Retour sur une année climatique contrastée pour l'herbe en Saône-et-Loire

    L’année 2018 devrait rester dans les mémoires. Plus chaude de + 1,5°C par rapport à la moyenne 1980-2010, elle s’est terminée par une sécheresse automnale sans précédent. Tout avait pourtant bien démarré au printemps. Précocité de pousse et qualité d’herbe étaient au rendez-vous. Mais il fallait pouvoir composer avec les rares fenêtres météo et des épisodes pluvieux pénalisants.

  • Un groupe d’éleveurs « experts » en herbe en Saône-et-Loire

    Avec la Chambre d’agriculture, la Saône-et-Loire fait figure de précurseur en matière de gestion de l’herbe en élevage allaitant. Depuis quatre ans, les pionniers du pâturage tournant se retrouvent dans un groupe expert grâce auxquels ils progressent et font partager leurs expériences.

  • Un nouveau record mais moins de ventes pour la station de Jalogny

    Vendredi dernier à Charolles, en dépit d’un record de prix inattendu, la vente de la station de Jalogny a pâti des difficultés économiques qui frappent les élevages. Face à des acheteurs plutôt frileux, les veaux évalués ont été moins nombreux à trouver preneurs.

  • Avec 62 %, un vote sans ambiguïté pour la liste JA+FDSEA aux élections chambre d’Agriculture de Saône-et-Loire

    Les élections à la chambre d’agriculture ont connu leur épilogue mercredi 6 février lors du dépouillement des bulletins de vote. Les résultats sont désormais connus pour tous les collèges et donnent une majorité claire aux listes présentées par la FDSEA et les Jeunes agriculteurs de Saône-et-Loire. Le prochain rendez-vous est fixé au 25 février pour la session d’installation de la chambre d’agriculture de Saône-et-Loire.

  • 584 échantillons à la présélection du Concours Général Agricole des vins de Paris

    Le 29 janvier dernier, le Parc des Expositions de Mâcon était l’hôte de la présélection en Saône-et-Loire de la 128ième édition du Concours Général Agricole des vins de Paris. La présélection est organisée par la Chambre d'Agriculture et supervisée par la Direction départementale des territoires de Saône-et-Loire pour garantir son impartialité. Le concours final se déroulera durant le Salon de l'Agriculture qui se tiendra à Paris du 23 février au 3 mars.

  • La station de Jalogny rayonne loin du berceau !

    Le prestige de la station de Jalogny va bien au-delà du berceau de race. Du Pas-de-Calais aux Alpes, des éleveurs-sélectionneurs de charolais choisissent la station saône-et-loirienne pour valoriser leurs meilleurs reproducteurs.

  • Bovins viande et société : l’élevage herbager n’a pas dit son dernier mot !

    Tandis que les éleveurs s’inquiètent légitimement des attaques récurrentes dont ils font l’objet, les outils de recherche et d’expérimentation – dont la Ferme de Jalogny - font éclater la vérité sur les pratiques. Et contrairement aux thèses orientées de ces opposants d’un jour, on s’aperçoit que les vertus de l’élevage et de la production de viande à l’herbe demeurent indiscutables.

  • Les sols agricoles ne sont pas morts !

    La conférence grandes cultures de la chambre d’agriculture s’est déroulée le 14 décembre au lycée de Fontaines. Malheureusement, peu de personnes avaient fait le déplacement pour découvrir le bilan des expériences conduites jusqu’à présent et découvrir les prochains projets. Pourtant la création d’un référentiel local de la structuration et de l’état des sols devrait être d’une aide précieuse dans les années à venir.

  • En production caprine, l’installation ne s’improvise pas

    Séduisante mais humainement très exigeante, la production caprine ne s’improvise pas. Pour éviter de graves désillusions, la Chambre d’agriculture et ses partenaires coordonnent les accompagnements pré et post installation. Un passage obligé pour déminer le terrain du futur producteur caprin.

     

  • Jveuxdulocal, le site de tous les producteurs locaux

    Partant du constat que les produits locaux sont de plus en plus sollicités par les consommateurs et proposés par les producteurs, la chambre d’agriculture 71, en partenariat avec le Département, a mis en place un site internet regroupant toutes ces différentes offres et structures pour faciliter les recherches clients. Mais avant l’ouverture au grand public, J’veux du local doit d’abord être investi par les producteurs.

  • Inscription du bocage du Pays Charolais-Brionnais au patrimoine mondial de l’humanité Les 3 Chambres consulaires de Saône-et-Loire unies pour soutenir la candidature UNESCO

    Le 21 novembre dernier à Saint-Christophe-en-Brionnais, les trois chambres consulaires de Saône-et-Loire - Agriculture, Commerce, Industrie et Artisanat - se sont réunies pour montrer officiellement leur plein soutien à la candidature de classement Unesco du bocage du Pays Charolais-Brionnais.

  • La Chambre d’agriculture de Saône-et-Loire dit stop au lynchage médiatique et par des extrémistes !

    Le 23 novembre à Chalon-sur-Saône s’est tenue une session chambre d’Agriculture d’un genre particulier. Sylvie Brunel, géographe et écrivaine, a clairement remis nombre de pendules à l’heure sur la place de l’agriculture. Sa demande : respecter cette force économique majeure en France. Et de dire à tous ses détracteurs : stop au lynchage ! Tous les agriculteurs doivent répondre sans être agressif mais en étant offensif. De quoi remonter tous les élus à bloc pour mener à bien ce combat dans les médias contre l’agri-bashing ambiant.

  • Se rencontrer et échanger autour du travail

    Le temps d’une journée, le grand public est convié à participer à la quatrième assemblée plénière du Conseil Local de Santé Mentale (CLSM). L’occasion de se rencontrer et d’échanger autour d’expériences qui concernent le travail.

  • Vote de l'aide de 10.000 € à taux zéro

    Lors de la séance du conseil départemental du jeudi 15 novembre, André Accary, président du Département, a présenté dans le détail l’aide de 10 millions d’euros annoncée aux agriculteurs de Saône-et-Loire.

  • 10 millions d’€ de prêts d’honneur graçe au Conseil départemental de Saône-et-Loire

    Tenu secret jusqu’à ce 6 novembre, le Conseil départemental de Saône-et-Loire a présenté son plan d’action départemental exceptionnel en soutien à l’agriculture en général. Plus de 25 % des exploitations départementales sont en effet « en grandes difficultés ». La sécheresse a rajouté à l’urgence d’agir. 10 millions d’€ de prêts d’honneurs seront donc débloqués via un dispositif « innovant par sa simplicité ».

  • Tassement des prairies : existe-t-il des solutions ?

    Pour évaluer la pertinence et l’impact d’outils de fissurations mécaniques sur sols compactés et plus précisément sur la flore des prairies, un suivi et des essais ont été mis en place dès l’automne 2015 puis 2016 et 2017 sur différents sites du Doubs et du Jura. Même si le programme n’est pas terminé et que les suivis se poursuivent, on peut d’ores-et-déjà avancer quelques résultats et témoignages d’agriculteurs.

  • Le point sur la fissuration des sols prairiaux

    Depuis trois ans, les Chambres d’agriculture du Jura, du Doubs et du Territoire de Belfort  et la Chambre Régionale de Bourgogne Franche-Comté se sont associées dans un projet visant à définir la pertinence de l’utilisation des outils de fissuration des sols prairiaux : prototype Quivogne et Actisol (Herbasol). Tour d’horizon des premiers enseignements et rencontre à venir.

  • Apprendre à se reprogrammer sur la taille des pieds de vigne

    Depuis cinq ans, les chambres d’agriculture de Saône-et-Loire et de Bourgogne Franche-Comté proposent des formations – également dispensées dans le Rhône - sur plusieurs techniques de taille des pieds de vigne dites « non mutilantes » ou « non traumatisantes ». Signe que l’inquiétude est grande autour des questions de mortalité et dépérissement des ceps, des centaines de professionnels se forment ainsi chaque année. Les vignerons n’hésitant pas à revenir pour se perfectionner car outre les bons gestes à apprendre, il faut avant se débarrasser de certains vieux réflexes. Pas facile.

  • Comment nourrir son troupeau en période de sécheresse ?

    La chambre d’agriculture a organisé plusieurs réunions à destination des éleveurs du département pour tenter d’apporter des solutions face à la situation de sécheresse. Comment nourrir son troupeau, vers quel fourrage se tourner, comment gérer la prochaine campagne ? Trois des quatre réunions prévues se sont déroulées la semaine dernière, retour sur celle ayant eu lieu à la ferme expérimentale de Jalogny.

  • Les veaux nouveaux sont rentrés à la station d'évaluation de Jalogny

    Lundi 1er octobre c’était la rentrée… pour les veaux de la station d’évaluation de Jalogny. Une rentrée avec d’importantes nouveautés : garanties sanitaires étendues, surveillance de l’activité et de la santé à l’aide de boucles électroniques. Première étape d’une évaluation qui devra les conduire à la vente aux enchères le vendredi 15 février 2019 sous la halle de Charolles.

  • Les réunions sécheresse 2018 débutent aujourd'hui

    Pour rappel, la chambre d'Agriculture de Saône-et-Loire organise plusieurs réunions pour donner à tous les agriculteurs des solutions techniques pour diminuer les effets de la sécheresse 2018. Rendez vous ce matin à Jalogny dès 9h30, cette après midi à la salle des fêtes de Vendenesse les Charolles à 14h.

    Autres réunions, demain 12 octobre à Autun, espace vie associative (4 rue Max Pouleau à Saint Pantaléon) à 9h30 et le 19 octobre à la salle de cinéma de Saint Germain du Bois dès 9h30 également.

  • Une présence porteuse de sens à la Foire économique d'Autun

    La sixième édition de la Foire économique d’Autun s'est terminée par un bilan très positif pour le GIEE de l’Autunois : c’est surtout la première vraie immersion du collectif dans le grand bain de la communication auprès du grand public.

  • La FDSEA et les JA de Saône-et-Loire avancent avec force et humilité pour les élections à la chambre d'Agriculture

    Le 24 septembre à Saint-Désert, FDSEA et JA de Saône-et-Loire se sont réunis pour préparer les prochaines élections à la chambre d’Agriculture de Saône-et-Loire. Avec force mais aussi avec beaucoup d’humilité, l’état d’esprit est au rassemblement de toutes les forces vives du département. Un constat s’impose néanmoins déjà. Du nombre de votants dépendra la représentativité de la profession que nombre d’opposants - à l’agriculture et à la viticulture - espèrent voir décliner pour malheureusement, mieux encore pouvoir l’attaquer.

  • Élections aux chambres d’agriculture : mode d’emploi

    De l’inscription sur les listes d’électeurs, au mode de scrutin, en passant par le dépôt des listes de candidats : voici un mode d’emploi pour comprendre les prochaines élections des chambres d’agriculture, qui s’achèveront le 31 janvier 2019.

  • Sècheresse : Manque de fourrages et pailles, quelles ressources alternatives aujourd’hui en Saône et Loire ?

    Le prix des fourrages et pailles est en constante augmentation. Les pailles des cultures de printemps et les récoltes des rares cultures intermédiaires peuvent être une ressource intéressante à  ne pas négliger. Retour sur l'utilisation des cannes de maïs grain ou l'utilisation des cultures intermédiaires avec les services de la chambre d'Agriculture de Saône-et-Loire.

  • Redonner une vision positive

    Le 14 septembre à Jalogny s’est tenue la session de la chambre d’Agriculture de Saône-et-Loire. Déplorant depuis de trop longues années le manque de visibilité des dernières politiques agricoles Européennes et Françaises, ainsi que les incessantes attaques contre la profession, les élus étaient résolu à combattre ces incertitudes pesantes sur l’avenir et sur le moral de toute la profession. La Saône-et-Loire se mobilise - via plusieurs actions novatrices - pour redonner à tous les agriculteurs du département des savoirs et de l’espoir.

  • Des engrais vraiment verts présentés lors du Dephy tour viticole 2018

    Le 26 juillet, le Dephy tour viticole 2018 apportait la preuve que la réduction de doses de produits phytosanitaires est possible. Sans risque de -30 %. Au delà, la chambre d’Agriculture de Saône-et-Loire préconise d’associer plusieurs techniques, dont l’agronomie. En essai sur un ha, le domaine expérimental à Rully a réussi -70 % malgré la pression maladie de l’année. En parallèle, Bio Bourgogne a présenté un OAD pour réduire les doses de cuivre et a donné des exemples de mélange de variétés pour des engrais verts.

  • Engraisser à l'herbe dans l'Autunois, c'est possible !

    Le groupe technique "herbe" du GIEE (Groupement d’intérêt économique et environnemental) de l’Autunois s’est retrouvé un matin autour d’une thématique porteuse de sens en ce moment : l’engraissement à l’herbe. Le groupe s’est rendu avec Véronique Gilles de la Chambre d'agriculture de Saône-et-Loire, chez Jean-Michel Gevrey puis chez Thomas Brusson à Dracy-Saint-Loup pour échanger autour de ce sujet technique.

  • Finir des charolais à l’herbe, rien qu’à l’herbe !

    Dans le Charolais, Guillaume Mateuil parvient à engraisser des femelles à l’herbe quasiment sans concentré. Une pratique que les Chambres d’agriculture de la Saône-et-Loire et de la Nièvre ont tenu à faire partager le 5 juillet dernier en présence d’une soixantaine d’éleveurs des deux départements.

  • Créer son « jumeau numérique » pour réussir la transformation numérique de son entreprise

    Après les moteurs et l'électricité, après la révolution agricole et industrielle, depuis la fin des années 1980, l’informatique prend de l’ampleur dans les entreprises. Aujourd’hui, le numérique - via Internet - transforme tous les métiers, de la production aux services. Les cartes sont totalement rebattues. Le 27 juin, les trois chambres consulaires du département ont voulu montrer « comment votre entreprise peut en tirer profit pour se développer ». Pas évident mais nécessaire, presque obligatoire, pour ne pas perdre ses clients ou perdre du terrain en terme de compétitivité demain.

  • Innov’Action 2018, c’est reparti !

    Le principe d’Innov’action, c’est « des agriculteurs qui parlent aux agriculteurs et partenaires de leurs innovations, qu’elles soient techniques, systèmes, organisationnelles … ».

  • En matière de sols des bâtiments laitiers, et si on combinait différents ?

    Couloirs de circulation, passages de logettes et aire d’attente. Leur bonne conception et leur bon entretien contribuent à la bonne santé des vaches laitières et donc à l’expression de la production. Une tendance apparaît : la combinaison de différents types de sols. Voici quelques recommandations.

  • Six Sénateurs à l’écoute, un temps d’échanges de débats apprécié qu’il convient maintenant de concrétiser !

    A la veille du débat sur le projet de loi des Etats Généraux de l’alimentation (EGAlim) en commission économique du Séna cette fois, une délégation conduite par le président, Gérard Larcher, accompagné de Sophie Primas et Anne-Catherine Loisier - respectivement présidente et membre de la commission des affaires économiques - est venue à la rencontre de la profession et de ses filières. La Saône-et-Loire a pu peser de toute sa force pour continuer de les convaincre de garder l'objectif initial : garantir un revenu décent à tous les agriculteurs.

  • Pour plus de pédagogie lors des contrôles en élevage allaitant

    Depuis l'année dernière, la section bovine de la FDSEA de Saône-et-Loire a mis en place des réunions "bout d'étable", en partenariat avec la Chambre d'Agriculture, la DDT et les corps de contrôles. En effet, la moitié des contrôles en identification bovine en 2017 ont conduit à des pénalités et représente donc un impact financier significatif pour les éleveurs concernés... L'objectif de cette rencontre est d'informer au mieux les éleveurs sur la réglementation en identification bovine et éligibilité à l'Aide aux Bovins Allaitants (ABA) pour diminuer ce taux de non conformité.

  • Des solutions astucieuses et économes en matière de bâtiments d’élevage

    En matière de bâtiments d’élevage, la conjoncture incite à des solutions économes, que ce soit à l’investissement ou en fonctionnement. Une chasse aux dépenses qui ne doit rien sacrifier à la santé et au bien-être des animaux, ni au confort de travail des éleveurs. Dans cet ordre d’idée, ce dossier propose quelques exemples de réalisations réussies à moindre frais pour des petits comme pour des grands ruminants. Constructions légères, transformations astucieuses, récupération des eaux de pluies… Les éleveurs du département ne manquent pas d’idées. Des experts rappellent que la santé des animaux passe aussi par une bonne approche de la ventilation et de la qualité des sols. En termes de conditions de travail et d’organisation, la conception d’un stockage de fourrages a son importance. Enfin, le service Bâtiments de la chambre d’agriculture de Saône-et-Loire fait le point sur les aides.

  • Une stabulation bovine transformée en chèvrerie à Champagnat

    A Champagnat, Aurélie Bleton et Franck Amiot ont aménagé leur chèvrerie et leur fromagerie sous une ancienne stabulation pour bovins. Moyennant une bonne dose d’auto-construction et une part importante de matériel d’occasion, le couple est parvenu à tirer parti astucieusement d’un bâtiment existant.

  • Les semis sous couvert permanent, à ne pas pratiquer en maïs, mais possibles en blé et colza

    Le 4 juin à Baudrières, sur des parcelles de Romuald Gros, la chambre d’Agriculture de Saône-et-Loire présentait des essais autour des semis sous couvert permanent, de la simplification du travail du sol et du semis direct. Pour les céréales d’hiver (blé) et le colza, la conduite semble plus réalisable - en terme de concurrence et de rendement final - qu’en cultures de printemps (maïs).

  • Sept interceps en démonstration dans la Côte chalonnaise pour le désherbage mécanique des rangs de vignes

    Organisée par la chambre d’Agriculture de Saône-et-Loire, la deuxième édition du "Désherbage roule les mécaniques" s’est tenue à Saint-Vallerin. 130 personnes ont assisté à sept démonstrations d’interceps. L’occasion de comparer les avantages et inconvénients de chacun. Avec la fin programmée des herbicides, « aucune solution miracle » n'est en vue, mais une combinaison de plusieurs techniques peut permettre de gérer la concurrence herbagère.

  • Le Comité de développement agricole et rural du Chalonnais organise un voyage d'études en Italie, du 3 au 5 septembre. Avis aux amateurs !

    Partez à la découverte de la botte italienne ! Telle est l’invitation du Comité de développement agricole et rural du Chalonnais. Avis aux amateurs !

    Le CDARC (Comité de développement agricole et rural du Chalonnais) est un groupe d’exploitants qui met en place diverses actions pour tester et découvrir les différentes pratiques du monde agricole. Cette année, ses membres et la chambre d’Agriculture de Saône-et-Loire ont décidé de partir à la découverte de l’agriculture européenne et plus précisément de l’agriculture italienne.

  • Le dernier Innov’Action a mis en avant les bocages dynamiques en Bresse !

    Le 6 avril au Gaec Flagd-Doury à Varennes-Saint-Sauveur, plusieurs organisations agricoles mettaient en avant les parcours et bocages, comme des atouts pour un élevage de volailles multi-performant. Au programme des ateliers, la gestion du bocage, l'utilisation optimisée des parcours, l'obtention de bonnes teneurs en protéines des céréales, la réduction de la prédation ou encore la préservation de la faune.

  • Au Vinipôle Sud Bourgogne à Davayé, les vignerons se demandent s'il faut écouter la demande sociétale ?

    Le 28 mars à Davayé, le pôle de compétence pour la viticulture durable, le Vinipôle Sud Bourgogne invitaient la viticulture à se questionner autour de « la demande sociétale ». Faut-il l’écouter et changer ses pratiques ? Vignerons, techniciens, maire, sociologue… ont apporté leur point de vue. Un mot d’ordre a été trouvé : ne jamais rompre la discussion. Surtout que la filière Bourguignonne a des progrès à faire valoir.

     

  • GIEE de l’Autunois : un groupe technique pour progresser sur l’herbe

    Créé en 2015, le GIEE de l’Autunois a fait de l’optimisation des charges l’un de ses chevaux de bataille. Le groupe technique Herbe s’inscrit dans cette quête de pratiques plus économes et vertueuses. Prairies temporaires, pâturage tournant, entretien des prairies permanentes, complémentation des mâles, engraissement à l’herbe des femelles : des éleveurs de l’Autunois-Morvan testent ensemble de nouvelles approches adaptées à leur contexte pédo-climatique particulier.

  • Les agriculteurs doivent reprendre en main l'acte commercial

    Le 23 février à Jalogny, la chambre d’Agriculture de Saône-et-Loire revenait sur les Etats généraux de l’alimentation. En posant une question en apparence simple mais ô combien complexe : "quelles perspectives concrètes pour le revenu de l’agriculteur et pour l’économie agricole de nos territoires ?". Eléments de réflexion.

  • Didier Touillon à Palinges a opté avec succès pour une fauche précoce

    A Palinges, Didier Touillon a avancé la fauche de ses ensilages d’herbe de trois semaines tout en doublant la surface récoltée. Résultat, son fourrage est d’une qualité telle qu’il n’a plus besoin de donner de concentrés azotés à ses vaches. Cette fauche précoce lui permet aussi de mieux gérer la forte pousse printanière et les bonnes repousses profitent aux jeunes animaux en croissance.

  • Julien Besse à Péronne a trouvé de l’espace à prix doux

    Dans leurs projets de bâtiments, de plus en plus de viticulteurs réfléchissent à "quitter" les villages viticoles, faute de place ou pour concevoir des bâtiments "techniques", constate la chambre d’Agriculture. Julien Besse fait parti de ceux-là, lui qui s’est installé dans la zone artisanale de Péronne. Avec des avantages et des inconvénients.

  • Pour bien gérer les aléas, il faut sortir de sa zone de confiance

    Le 16 janvier à Saint-Germain-du-Bois avait lieu la conférence Grandes Cultures organisée par la chambre d’Agriculture de Saône-et-Loire. Au programme, présentation des résultats d’essais et conférence sur la gestion des risques en agriculture. Retour.

  • Le Domaine des Terres rouges à Azé est taillé pour l’œnotourisme

    Au domaine des Terres rouges à Azé, Jean-Yves Blanchard voulait un « joli » bâtiment pour développer les ventes de bouteilles et les prestations œnotouristiques. Au vu du résultat, l’objectif "marketing" est réussi avec une prise de risque calculée tout prévoyant des bâtiments séparés : cuverie, stockage, hangar, caveau de vente…

  • Le Domaine Jean-Pierre Sève à Solutré-Pouilly a certainement le plus beau Phytobac au monde

    Classé Grand site de France, juste en dessous de l’éperon rocheux de Solutré, classé en aire d'appellation Pouilly-Fuissé, avec une vue imprenable sur le val de Saône jusqu’au Mont-Blanc, le Phytobac du Domaine Jean-Pierre Sève est certainement le mieux situé au monde ! A défaut d’obtenir ce titre honorifique, il fera bien son travail de pré-traitement des phytosanitaires.

  • Pour Florence Marquis, directrice OS Charolais France, « Jalogny est au cœur du schéma racial charolais »

    La station d’évaluation de Jalogny fait partie intégrante du schéma collectif racial porté par l’organisme de sélection Charolais France. Précieux outil de sélection et de diffusion de reproducteurs, la station est à la fois une vitrine raciale, un lieu précurseur de nouvelles technologies génétiques et une organisation raciale animée par « une coexistence intelligente de filière ». Rencontre avec Florence Marquis, directrice de l'OS.

  • La solitude du dirigeant est une réalité, souvent mal vécue

    En juin, Olivier Torrès, enseignant et chercheur à Montpellier, intervenait lors de la session de la chambre d’Agriculture de Saône-et-Loire sur la délicate question de la santé et de la solitude du dirigeant, auxquelles les chefs d’exploitations agricoles n’échappent pas… Retour sur les enseignements à retenir.

     

  • Identification des bovins : des visites d’élevages pour se mettre à jour

    Cet hiver, les techniciens d’élevage de l’EDE se rendront dans une centaine d’exploitations du département pour une visite préventive sur l’identification. L’occasion pour les exploitants concernés de se mettre à jour dans l’identification de leurs animaux et de prévenir, du même coup, les conséquences financières fâcheuses en cas de contrôle des services de l’Etat.

  • Adieu à André Dufayet

    En cet automne, André Dufayet - récemment atteint par la maladie - nous a quitté. Un dernier hommage lui a été rendu en l'église de Paray-le-Monial  où il habitait depuis de nombreuses années. Nous avons témoigné à cette occasion de toute notre reconnaissance et de toute notre affection.

     

     

  • Le Centre fromager de Bourgogne a célébré ses dix ans

    Pour la production de fromages fermiers, le Centre fromager de Bourgogne demeure une référence majeure et un outil de proximité apprécié et structurant pour la filière régionale. Pour ses dix ans, il organisait une grande journée à Davayé. Retour.

     

  • Vigilance : les vols en exploitation sont nombreux...

    Depuis le 2 septembre, un phénomène émerge de vols d'équipements sur engins agricoles stationnés dans les exploitations, plus particulièrement des GPS. Un phénomène qui est constaté sur l’ensemble de la région Bourgogne Franche-Comté. Les auteurs agissent sur des lieux isolés, de nuit, et prélèvent les objets dérobés proprement (découpe nette des câbles de connections). L'ensemble des tracteurs agricoles visés par les auteurs sont pour l’heure de marque John Deere équipés de système GPS amovibles. La Gendarmerie demande aux agriculteurs de redoubler de vigilance et de signaler aux forces de l'ordre tout comportement suspect dans votre environnement.

  • Une formation se prépare pour mieux assurer ses engagements

    La chambre régionale d'agriculture et AgroSup Dijon sont à l'initiative d'une formation qui intéresse - et interroge - directement les responsables professionnels et tous les agriculteurs qui assument une responsabilité élective. Les inscriptions doivent se faire avant le 27 septembre…

  • Yves Durand a reçu la médaille de chevalier du Mérite agricole

    En date du 14 juillet 2016, Stéphane Le Foll, ministre de l'agriculture, a élevé Yves Durand, ancien salarié de la chambre d’Agriculture de Saône-et-Loire, au grade de chevalier dans l'ordre du Mérite agricole. Cette distinction lui a été remise le samedi 2 septembre dernier. Retour.

  • La pyrale du buis n'attaque pas les vignes !

    A l’occasion des réunions pré-vendanges, organisées par l’Union viticole de Saône-et-loire à Fuissé pour le secteur Mâconnais et à Buxy pour celui du Chalonnais Couchois, Benjamin Alban, technicien à la chambre d’Agriculture, est revenu sur l’invasion de pyrale du buis (cydalima perspectalis). A l’heure des vendanges, il a tenu à rassurer, cet insecte ne s’attaque pas aux vignes. Ouf car le millésime 2017 s’annonce de qualité.

  • Innovaction fait le plein de solutions pour moderniser ses pratiques de la vigne au chai

    Le 20 juillet à Gamay, entre Saint-Aubin et Chassagne-Montrachet, la chambre d’Agriculture de Bourgogne a organisé une journée technique (Innov’Action) pour présenter et évaluer différents pulvérisateurs à jet porté ainsi que plusieurs effeuilleuses. L’occasion également de revenir sur la conception d’aire de remplissage/lavage au Domaine Gilles Bouton ou de visiter la nouvelle cuverie du Domaine Bachelet pour s’en inspirer.

  • Herse et chimie font la paire pour désherber les sojas

    Le 12 juin, entre Damerey et Verjux, la journée Innov’Action s’intéressait au désherbage des sojas. La combinaison de passages de herse étrille avec la lutte chimique dans ses sols d’alluvions (25 % argile) permet à Martial Béjot, agriculteur à Verjux, d’abaisser ses frais pour un résultat « propre ».

  • Le Mâconnais et le Beaujolais grêlés

    Lundi 10 juillet, sur le coup des 17h, un violent orage à frappé le Beaujolais et le Mâconnais. De fortes précipitations et surtout des grêlons, amplifiés par la force du vent, ont fait des dégâts dans les vignes, sur les cultures et arboricultures.

  • A Clessé, le désherbage roule des mécaniques

    Le 29 juin à Clessé, la chambre d’Agriculture de Saône-et-Loire organisait une matinée technique sur le désherbage mécanique. Si la démonstration de matériels a été interrompue par une forte averse de pluie, la centaine de vignerons présents a tout de même pu profiter des témoignages de confrères ainsi que de nombreuses explications de la part des constructeurs ou des distributeurs.

  • En agronomie, il n'est pas si simple que cela de simplifier

    A Baudrières, Romuald Gros voulait améliorer le potentiel agronomique de ses terres (alluvions argileux, limons et limons sableux). Il a opté pour la simplification du travail du sol : semis directs, strip-till, couverts permanents, semis sous couvert de trèfle… Mais rien n’est simple, même si de nombreux bénéfices sont à la clé.

     

  • les nouvelles orientations de Terroirs de Saône-et-Loire

    Continuant à promouvoir ses adhérents producteurs fermiers et accueillants à la ferme, Terroirs de Saône-et-Loire multiplie les innovations. En attendant un virage important pour la marque "Bienvenue à la ferme" à l’horizon 2020, l’association met les bouchées doubles dans le développement de l’approvisionnement en restauration collective.

  • Martine Marquet : une carrière au service des éleveurs

    Le 16 juin à Vendenesse-lès-Charolles, à l’issue de l’assemblée générale d’Alsoni Conseil Elevage, Martine Marquet s’est vue remettre la médaille de Chevalier de l’ordre du Mérite agricole. L’occasion de rendre hommage à une cheville ouvrière du développement agricole départemental.

  • A quel prix vendre de l'herbe sur pied ?

    Chaque année, pendant la période des foins, une question revient, celle du prix de l’herbe sur pied… Le dernier Herb’Hebdo 71 s’est penché sur la question.

     

  • Quels porte-greffes pour faire face aux enjeux de la viticulture en Bourgogne ?

    En Bourgogne, la sous-utilisation de la diversité des porte-greffes est encore plus exacerbée que dans les autres bassins viticoles : cinq porte-greffes (41B, SO4, 3309C, 161-49C, Fercal) couvrent 95% du vignoble, selon les données de France Agrimer (2013). Dans cette liste, le 161-49C est concerné par des problèmes majeurs de dépérissement à l'échelle nationale et le 3309C peut présenter également des difficultés. Plus localement, il est aussi rapporté des difficultés avec le SO4. La profession et les sélectionneurs recherchent de nouvelles pistes...

Vos annonces légales en ligne au meilleur prix
Publiez vos annonces en quelques minutes et obtenez votre attestation immédiatement

Services

Recevoir la newsletter