La p’tite bière qui monte fond
Rechercher : Mots clés N°article

Brasserie de Vézelay

La p’tite bière qui monte

Rédigé le 30/03/2017

Aucune Photos

La Brasserie de Vézelay
n’en finit pas de glaner chaque année des médailles, trônants en bonnes places sur
la façade du site de production, toute bardée de bois du Morvan. Y sont
représentées toutes les récompenses glanées au Concours Général
Agricole, par la brasserie depuis sa création il y a cinq ans. Pas moins
de neuf médailles au compteur, couleur bronze, argent et or, dont les
deux dernières cette année, pour une stout et une blanche sans gluten.

Après avoir travaillé et sillonné la planète vingt ans durant, Marc Neyret a posé bagage au pied de la colline de Vézelay et créé en juillet 2012 à Saint-Père, une unité de production de bières biologiques, dans le respect de la « loi de pureté » édicté en Bavière il y a plus de cinq siècles. Avec un cahier des charges bien précis : pas de sucres rajoutés, pas de colorants ni additifs, l’utilisation d’une eau de source en provenance du parc naturel du Morvan et au final, des bières qui ne sont ni filtrées ni pasteurisées, pour en conserver arômes et qualités nutritives d’origine.

Des contrats avec la Coceby et Dijon Céréales


La brasserie poursuit son développement avec pour objectif cette année, 5.500 hl de bière produits (contre 3.500 hl l’an dernier). Un second bâtiment devrait sortir de terre pour faire face à cette progression, « à proximité du premier, mais pas dans l’Yonne, même s’il se situe à quelques centaines de mètres des frontières départementales » affirme Marc Neyret, quelque peu échaudé par le feuilleton judiciaire l’ayant opposé au Conseil départemental.
La Brasserie de Vézelay, qui emploie aujourd’hui sept salariés est désormais bien ancrée dans le paysage, appréciée des touristes comme des gens du cru : « mes rapports avec les habitants sont très bons et beaucoup se sont attachés à ce qui est devenue « leur » brasserie… » Pour autant, au départ du projet, l’aventure n’était pas gagnée confesse Marc Neyret : « je multipliais les handicaps : parisien, néophyte et sans connaître personne. Édifier une brasserie dans un coin comme Vézelay, en plein cœur d’un territoire viticole, c’est sur qu’au début, j’ai été considéré comme un OVNI… ! » Servie aujourd’hui dans les plus grands restaurants, comme le Plaza Athénée sous la houlette d’Alain Ducasse ou l’Arpège, du chef triplement étoilé, Alain Passard, la gamme de bières produites à Saint-Père a su percer le réseau de la Grande distribution, du Bon Marché à la chaîne Franprix, en passant par le réseau Nature et Découvertes les magasins Gamm Vert ou l’enseigne Carrefour : « une double reconnaissance, à la fois sur les plus grandes tables mais aussi dans les magasins, du fait d’un produit abordable par le grand public. Même s’il est évident que nous sommes plus chers qu’une fabrication industrielle, la bière est un produit populaire et doit le rester… » Dernière née de la gamme : une série de bières sans gluten, au succès déjà assuré. Privilégiant circuits courts et fournisseurs locaux, Marc Neyret est en passe de contractualiser avec la Coceby, pour se fournir en orge bio à malter, après avoir déjà acheté 25 tonnes de blé bio à Dijon Céréales en décembre dernier. Les drèches issues du brassage des céréales faisant depuis longtemps le bonheur des vaches laitières d’un éleveur voisin.

DOMINIQUE BERNERD

Note: 0.0/5 (0 votes vote(s) envoyé(s))

pub
Réservation pub : pub@agri71.fr
Tél : 03.85.29.56.00
1ére émission radioo
Espace Photos (13)
Aucune Photos
Aucune Photos
Aucune Photos
Aucune Photos
Aucune Photos
Aucune Photos
Espace Telechargements (0)