• Le système actuel des semences menace-t-il la diversité des variétés ?

    Alors que l’enseigne Carrefour relance sa campagne pour son « marché interdit », qui commercialise des produits issus de semences "paysannes", le Gnis fait le point sur le système actuel d’homologation des variétés et rappelle que le catalogue n’interdit pas la culture des variétés non inscrites. 

  • La commission des agricultrices toujours partante pour agir dans la bonne humeur

    Sympathique réunion de la commission des agricultrices, ce mardi 18 septembre, à l’espace des Tuileries à Montchanin. Onze agricultrices encore en activité ou à la retraite étaient regroupées autour de leur présidente Colette Perrot et de l’animatrice de la section de la FDSEA, Isabelle Dumont. L’occasion de lancer de nombreuses manifestations dans les mois à venir.

  • Elections Chambres d’agriculture FNSEA et JA, un syndicalisme de projets

    La FNSEA et Jeunes agriculteurs ont présenté le 18 septembre leur projet en vue des élections aux Chambres d’agriculture. Dans un contexte compliqué pour l’agriculture, les deux organisations conjuguent leurs forces pour accompagner tous les agriculteurs de façon pragmatique et ambitieuse, comme le traduit leur slogan, « Avançons ensemble les pieds sur terre ».

  • Le Japon, un marché fidèle des vins de Bourgogne

    Les vins de Bourgogne bénéficient d’une réelle aura au Japon, pays dont la culture, le goût et les valeurs correspondent parfaitement à celles des bourguignons. En 2017, le Japon conserve sa place de troisième marché export des vins de Bourgogne, dans un contexte de stabilité conjoncturelle des importations de vins d’AOC français (+ 1,4 % / 2016).

  • Belle de Challas championne au national de Semur-en-Auxois

    Une jument de Saône-et-Loire vient d’être sacrée championne adulte au dernier concours national Auxois de Semur (21). Une belle récompense pour son éleveur Gilles Vailleau qui se voit ainsi qualifié pour le prochain concours général à Paris.

  • Redonner du sens à l’alimentation pour lui redonner de la valeur

    Le 18 septembre, des acteurs des filières agricoles et agroalimentaires ont débattu de la manière dont il est possible de répondre aux attentes sociétales, tout en garantissant une meilleure répartition de la valeur dans ces filières. Cela peut notamment se faire grâce aux innovations et à la contractualisation.

  • L’ancien Hôpital Saint-Laurent à Chalon-sur-Saône

    En 1529, les échevins reçoivent l’autorisation de François 1er de fonder un établissement hospitalier à Chalon-sur-Saône. Depuis cette époque, l’ancien hôpital Saint-Laurent subsiste en bord de Saône ; son architecture et ses intérieurs évoquent cette filiation ancienne.

  • La Saône-et-Loire continue à séduire

    Que ce soit dans le privé ou le public, la Saône-et-Loire continue à séduire les élèves au moment de poursuivre leur cursus scolaire non seulement secondaire mais aussi supérieur. Tout sauf un hasard pour l’enseignement agricole du département.

  • Sécheresse : la « procédure calamités » est engagée

    Notre département est touché depuis début juillet par une forte sécheresse. Dans de nombreux secteurs, les exploitants affouragent depuis mi-juillet et l’inquiétude grandit à mesure que l’absence de pluie se prolonge. Bien consciente de la situation, la FDSEA de Saône-et-Loire est fortement mobilisée sur ce sujet. Rapide retour sur les actions en cours et à venir….

  • Pour les Elections aux Chambres d’agriculture 2019, FNSEA et JA lancent leur projet de campagne : « Avançons ensemble les pieds sur terre »

    Mardi se tenait à Paris un conseil fédéral aux réseaux JA et FNSEA. Cette pleine journée a officiellement lancé la campagne électorale aux chambres d’agriculture. " Les mois qui viennent vont être charnières pour le syndicalisme majoritaire ", annonce la profession qui entend bien " remporter un maximum de chambres départementales. " Nous devons réaffirmer notre légitimité à défendre l’ensemble des agriculteurs à travers cette institution consulaire ". Interview croisée de Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, et de Jérémy Decerle, président de Jeunes agriculteurs.

  • Loi EGAlim Pour le ministre, l’objectif de la loi sera rempli

    Alors que le projet de loi issu des Etats généraux de l’alimentation va être présenté en deuxième lecture au Sénat, le ministre de l’Agriculture a réaffirmé que l’objectif d’une meilleure rémunération des producteurs serait atteint, malgré les doutes émis par la profession agricole quant à l’efficacité des indicateurs de coûts de production tels que prévus par la loi. 

  • Le Herd Book Charolais lance son appli smartphone « au service de la filière »

    Le Herd Book Charolais vient de passer un nouveau cap dans la digitalisation du secteur en lançant une application smartphone. Avec ce nouvel outil, conçu comme une plateforme de services, c’est un pas significatif que fait le HBC, avec le souci d’anticiper la dynamique à l’œuvre dans les secteurs agricole et agroalimentaire.

  • Une vente d'agnelle Mouton Charollais moins bonne que l’an dernier

    Une vente d’agnelles charollaises inscrites a eu lieu le 13 septembre dernier à Charolles. 240 animaux étaient proposés provenant d’une quinzaine d’éleveurs adhérents à l’organisme de sélection du Mouton Charollais. 80 animaux ont trouvé preneur soit le tiers des effectifs.

  • La charolaise en fête les 29 et 30 septembre à Autun

    Le concours de reproducteurs charolais d’Autun se tiendra les 29 et 30 septembre à L’Eduen. 125 animaux sont attendus pour ce premier rendez-vous de la race en Saône-et-Loire. Une belle vitrine assortie de nombreuses animations.

  • Calamités : de nombreuses questions attendent des réponses !

    Depuis plus de trois mois, la sécheresse pénalise fortement l’agriculture de Bourgogne Franche-Comté. Si, aujourd’hui, le constat est partagé et tous les indicateurs météorologiques démontrent l’ampleur de ce fléau qui a touché une quinzaine de pays d’Europe dont la France, il faut maintenant apporter des réponses aux questions posées par les agriculteurs concernés par ces difficultés, réclame la FRSEA Bourgogne Franche-Comté.

  • Pâturage minimum : la filière laitière face à ses ambitions

    Bousculées ces dernières années par la houle des marchés laitiers de commodités, les laiteries françaises continuent de segmenter toujours plus leur marché intérieur du lait de consommation. Après les laits enrichis, équitables ou sans OGM, des laits garantissant un pâturage minimum des animaux apparaissent dans les rayons. L’initiative bretonne Lait de pâturage a fêté son premier anniversaire au Space à Rennes, le 12 septembre. D'autres démarches ont rapidement fleuri, mais en ordre dispersé, et proposent chacune une définition différente du «lait de pâturage»: 90 jours, 150 jours, 200 jours. Au risque de perdre le consommateur, s'inquiète l'interprofession laitière qui travaille actuellement à une harmonisation de ces allégations.

Services

Recevoir la newsletter