• Fête JA 2019, l'Agriculture s'y marre à Simard les 27 et 28 juillet prochain

    Les Jeunes agriculteurs de Saône-et-Loire ont l’humour facile et la bonne humeur chevillée au corps. La grande Fête de l’agriculture 2019 annonce d’ailleurs la couleur : à Simard, on « s’y marre ». Attention néanmoins, la date de la traditionnelle fête et concours de labours est avancée, et ce n’est pas une blague. Rendez-vous les 27 et 28 juillet pour les festivités nombreuses encore. Au programme déjà: Moiss batt cross, diner spectacle, animation enfants, mini-ferme. Et le plein de nouveautés aussi : comme le labyrinthe de Maïs et des épreuves du championnat de France de Rodéo. Ça va donc bouger en Bresse. Heureusement, les bressans ont tout prévu : avec bar et restauration sur place, dont les cuisses de bœuf à la broche le dimanche. Informations et réservation d’ores et déjà au 03.85.29.59.96 (entrée 3€ ; gratuit pour les moins de 12 ans).

  • Une nouvelle rubrique sur France Bleu Besançon et France Bleu Bourgogne pour parler du quotidien des agriculteurs : goûtez la Bourgogne Franche-Comté

    Après un an et demi de la rubrique "De la Terre à l'Assiette" qui donnait la parole tous les jours du lundi au vendredi à des producteurs de Franche-Comté pour parler du métier et des produits, les Bourguignons ont enfin la parole! Retrouver la nouvelle rubrique sur France Bleu Besançon et France Bleu Bourgogne pour parler du quotidien des agriculteurs : goûtez la Bourgogne Franche-Comté !

  • Faire face à la canicule

    De fortes chaleurs s’abattent depuis lundi sur la France avec des conséquences importantes pour les agriculteurs, qu’ils soient céréaliers, arboriculteurs, maraîchers ou éleveurs.

  • A Vitry-en-Charollais, Joël Bouillot a connu un épisode de BVD dans son cheptel

    En 2014-2015, Joël Bouillot a brutalement découvert que son troupeau était contaminé par la BVD. Accompagné par son vétérinaire et le GDS 71, l’éleveur charolais s’est immédiatement lancé dans un plan d’assainissement pour endiguer les problèmes sur son élevage. Aujourd’hui, les conséquences sanitaires de la BVD ne sont plus qu’un mauvais souvenir.

  • Congrès national Gaec et Sociétés : la Saône-et-Loire fait avancer le droit à l’essai

    Le congrès national de Gaec et Sociétés s’est tenu les 13 et 14 juin derniers en Saône-et-Loire. Durant deux jours, dans une ambiance conviviale mais très studieuse, en présence de représentants du ministre de l’Agriculture et des collectivités, les congressistes venus de toute la France ont défendu le droit à l’essai pour l’installation en société. Un concept sur lequel la commission départementale Gaec et Sociétés fait figure de pilote à l’échelle nationale.

  • Succès pour la filière « viande de chez nous » dans l'Autunois-Morvan

    Depuis trois ans, l’association « Saveurs de nos Prairies Autunoises » valorise des femelles bouchères dans le cadre d’une filière courte et locale. Les bêtes des élevages du territoire approvisionnent aujourd’hui une enseigne de grande distribution et la restauration collective autunoises. Plus value à la clé, la démarche collective est un succès et les volumes prennent de l’ampleur.

  • La coopérative Téol revient sur une visite d’essais riche en enseignements

    Le 7 juin dernier, les adhérents de TEOL étaient invités à découvrir les essais céréales à paille menés par la coopérative sur une exploitation de Palinges. La résistance aux maladies et le rendement en paille sont au cœur des préoccupations des éleveurs. Au menu également la fertilisation des sols et la qualité de pulvérisation.

  • Bientôt des tracteurs autonomes dans les fermes allaitantes ?

    Soucieuse de faciliter le travail des éleveurs, la Chambre d’agriculture de Saône-et-Loire a demandé à des étudiants de l’université technique Belfort Montbéliard d’imaginer comment automatiser les déplacements d’un tracteur dans une exploitation allaitante. De cette tempête de cerveaux a émergé une solution prometteuse de guidage électromagnétique par le sol. De quoi concevoir des tracteurs réalisant le pansage des animaux de manière complètement autonome.

  • De l’eau disponible et accessible à volonté pour l'abreuvement des animaux !

    L’eau et l’abreuvement sont trop souvent le parent pauvre dans la conception d’un bâtiment d’élevage. Partie prenante du bien-être animal, c’est pourtant un élément clé de la santé et de la productivité du troupeau. Comme beaucoup d’aspects de la réussite d’un élevage, un abreuvement de qualité passe avant tout par du bon sens basé sur l’observation de la vie de l’animal. L’eau doit être saine, disponible et accessible et les animaux doivent pouvoir boire à volonté et paisiblement.

  • Au Gaec de Raimbos à Simandre, l'abreuvement était la cause de problèmes d'élevage

    Sous leur nouveau bâtiment laitier, Xavier et Guillaume Janniaux étaient déçus par le niveau de production de leurs holsteins qui souffraient de mammites, boiterie, manque d’état… Les investigations menées avec le GDS ont révélé qu’un problème d’alimentation en eau était en cause. Manque d’abreuvoirs, courants parasites, qualité insuffisante ont été corrigés et le troupeau a retrouvé la santé.

  • Cotations bovins maigres : une interruption lourde de conséquences

    Depuis neuf semaines maintenant, les cotations bovins maigres de Dijon ne sont plus communiquées par France Agri Mer. L’origine en est que plusieurs opérateurs ont cessé de faire remonter leurs données à la DRAAF. Une omission lourde de conséquence dans un contexte économique particulièrement difficile pour les éleveurs et face à un commerce âprement concurrentiel…

Vos annonces légales en ligne au meilleur prix
Publiez vos annonces en quelques minutes et obtenez votre attestation immédiatement

Services

Recevoir la newsletter